Le SIBA crame nos impôts en pub, la forêt disparait et le Parc Marin fait appel aux bénévoles pour régénérer les zostères. Où va le Bassin?

Bonne initiative du PNMBA : Collecter des graines de zostères pour recoloniser les herbiers (mais vous allez mettre la main à la pâte et/ou à la poche…)


1/08/22


Régénérer les herbiers de zostères

Pour nos amis touristes, et les résidents récemment installés, on va vous la faire courte : les zostères sont des herbes marines qui participent activement à l’écosystème du Bassin. Elles ont quasiment disparu de la cote Est. Les raisons sont multiples et additionnelles : pesticides (agricoles, antifoulings sur les coques des bateaux, azote et phosphore (nitrates phosphates agricoles du bassin versant), ruissellement de la pollution automobile et autres dans le réseau pluvial, etc…

Ces herbiers sont les nurseries de la faune du Bassin, et participent d’une diminution de la turbidité de l’eau en fixant les particules de vase en suspension.


 

L’étendue des dégats. Et depuis 2012, date de la carte-ci dessus, la situation a empiré (OFB/Ifremer)


Le comparatif en photos est encore plus éloquent… (Source Ecocitoyens du Bassin)


Reconstituer les herbiers… sans moyens


Le Parc naturel marin du Bassin d’Arcachon (PNMBA) propose discrètement (voir ici) la replantation des herbiers à tout volontaires éco-responsable et s’appuie pour cela sur les réseaux sociaux.

C’est une activité écolo-ludique, applaudissons des deux mains.


Le PNMBA

Pour mémoire, le parc est géré par l’Office français de la biodiversité, donc l’Etat, et possède un Conseil de gestion de 56 membres.

C’est un outil de recherche consensuelle sur les dossiers chauds, où siègent les représentants des professionnels de la mer, du sport et des pratiques de loisirs nautiques, des acteurs économiques et politiques, etc, (Voir l’illustration).

Au dernier remaniement avant le départ du Président François Deluga, le conseil a pu assister à une reprise en main de la ligne politique (négociée en amont avec la Préfecture), avec la sortie de turbulents contestataires de la défense de l’environnement, pour des personnes moins remuantes.


Aujourd’hui, c’est Cédric Pain, Maire de Mios, conseiller départemental, qui tient la barre. Le site internet du PNMBA est beau, agréable à la navigation (quoiqu’une mise à jour du conseil de gestion serait la bienvenue).

La page FB donne aussi des infos. Pour les curieux(euses), vous pouvez jeter un coup d’oeil au plan de gestion du PNM jusqu’en 2032, ici


Au bulot, les touristes !

Mais ça chiffonne quand même un peu, cette affaire.

Quand l’Etat / « Start up nation » se lance dans le « crowfunding -travail (et financement, on va le voir plus loin)-participatif » pour remplir des missions qui lui incombent, on peut s’inquiéter pour l’avenir…


En même temps, l’argent coule à flot au SIBA (Syndicat Intercommunal du Bassin d’Arcachon) comme les 150.000 € investis (ce sont nos impôts) en budget pub pour faire venir les touristes sur le Bassin.

Le budget du PNM est tout riquiqui à coté. Le gouvernement a d’autres priorités.


Alors, le PNM lance un avis sur les réseaux sociaux….

« Recherche des volontaires pour collecter des graines de zostère naine sur l’estran de l’île aux Oiseaux, entre le 24 et le 31 août prochains.

L’objectif de ce projet participatif est d’amorcer la recolonisation des herbiers de zostère naine sur des secteurs où ils ont disparu. Inscriptions avant le 18 août en cliquant ici. Pas de connaissances particulières à avoir, tout le monde peut participer ! »



Le travail réalisé l’an passé a porté ses fruits sur les 34 m2 replantés. C’est peu, mais c’est un début. Et l’opération est renouvelée cette année.

Un petit dossier très complet, bien illustré et à la lecture facile sur les actions menées et à venir est à consulter ici



Le PNM lance aussi d’autres actions comme ramasser les déchets sur La Leyre (qui débouche dans le Bassin) sur le même principe.

« Amoureux du Bassin, vous souhaitez vous engager dans une action citoyenne, sur l’un des plus beaux cours d’eau de France? Vous vous débrouillez bien en canoë, le bivouac ne vous fait pas peur️ et vous êtes disponible 4 jours en septembre?

Alors rejoignez-nous pour le projet Terre M’Eyre, une expédition sur l’Eyre pour géoréférencer et ramasser les déchets ! On vous en dit plus dans cette vidéo

Plus d’informations et inscriptions ici « 




A votre bon coeur, M’sieurs-Dames !


Bon, jusque là, ce Parc, financé par le ministère de l’environnement (pardon, de la Transition écologique et de la Cohésion des territoires…), via l’OFB, joue petits bras, mais les touristes et les résidents pourront bronzer utiles, c’est tout bon, et les gamins adorent patauger dans la vase !


Le meilleur reste pourtant dans la fin de cette annonce :

« Le Parc marin recherche aussi des plaisanciers pour transporter les volontaires avec leur bateau. »

Alors là, chapeau bas ! Il fallait y penser.

Faire bosser les gens gratos et EN PLUS leur demander de remplir leur réservoir, à 2€ le litre! Mais pourquoi pas? C’est bien connu, les propriétaires de bateaux sont tous des nantis.


Demain, on pourrait aussi amener des agents de l’ONF en mal de véhicules sur les dunes pour planter des arbres avec eux… On peut continuer la liste à loisir.

C’est vrai que la SNSM (secours en mer) n’est financée, par exemple, qu’à environ 25% de son budget par les subsides du gouvernement. Pour le reste, c’est « à votre bon coeur » et ventes de Tshirts, écharpes et autres casquettes, pour pouvoir former les équipages, et entretenir les bateaux notamment.

Est ce bien raisonnable, quand on voit l’investissement personnel et les risques pris par ces bénévoles jour et nuit 24h/24, par tous les temps?


(copie écran vidéo BFM Tv)


Alors, tiens, une idée : Si tous les « solidaires du Bassin » qui ont tourné en rond devant la dune avec leur bateau, (voir le reportage BfmTv, ici) voulaient être aussi solidaires de la faune et la flore du Bassin sur lequel ils naviguent, qu’ils contactent le PNM, pour embarquer les ramasseurs de graines, ça fera aux plaisanciers une occasion de se promener.


Sortir utile et aborder les élus

Donc, le PNM vous propose de ramasser des graines des zostères, puis plus tard, de les replanter. Si vous êtes disponibles, allez-y, parce que l’urgence est là.

Et parlez-en à vos élus, ils connaissent les ficelles pour avoir les financements et agir plus efficacement, on va le voir pour la forêt.


(Plantations des graines en mars 2022)


L’argent existe, il suffit qu’il soit possible d’avoir des images accrocheuses à la clé, pour valoriser l’idée dans les media.


Imaginez, une belle collecte massive, régulière, durable, pour récupérer activement toutes les graines de zostères et les replanter au moment favorable. Une action, préventive, pédagogique et curative, avec les écoles, aussi. Avec un festival de la mer, ou autre. Les idées ne manquent pas.


Après la saison…

A la fin de l’été, les visiteurs vont repartir, bronzés. L’actualité de la rentrée va chasser les images de l’été.

Sur terre, la forêt, meurtrie, va devoir être dégagée et replantée, patiemment. Les politiques vont trouver un accord, bon ou moins bon, selon de quel coté on se trouve, sur de nouvelles bases de fonctionnement et d’engagement.

Les chasseurs de l’ACCA d’Arcachon-La Teste, ont d’ailleurs déjà anticipé l’après-feu et se sont réunis à ce sujet mercredi (voir l’article de notre consoeur de SO)



Le bassin, sous l’eau, va continuer de décliner doucement, insensiblement, sans faire le buzz. Quelques zostères vont tenter de repousser timidement grâce à l’action de ces généreux citoyens, si de grandes pluies qui lessivent les champs agricoles et les chaussées en amont ne les tuent pas.

Et l’an prochain, de gentils bénévoles replanterons encore 30m2 de plus. A ce rythme, et compte-tenu de la surface à replanter, on y est pour quelques décennies. A moins que…


A suivre.



Dernière minute : Passage en vigilance Rouge feux de forêt


Depuis ce matin la Gironde est repassée en Vigilance rouge feux de forets. Donc les barbecues sont interdits si situés à moins de 200 m des arbres (info confirmée par la Préfecture), la circulation et le stationnement des personnes et des véhicules avec ou sans moteur sont interdits entre 14h et 22h sur les pistes forestières, pistes cyclables et autres sentiers ouverts au public.  


Il est également interdit dans les bois et forets jusqu’à une distance de 200 mètres :
– d’utiliser du feu
– de fumer
– de jeter tout débris incandescent
– de procéder à des incinérations des déchets verts et brûlages dirigés
– de pratiquer le camping isolé ou le bivouac
– de tirer des feux d’artifices publics ou privés sur l’ensemble des territoires des communes forestières;


  Michel Lenoir

(Photos OFB/PNM)


Nouveau! Téléchargez notre application gratuite, et recevez InfoBassin directement, en cliquant sur les icônes !



ou


Abonnez vous à InfoBassin, c’est gratuit !

Pour recevoir par e-mail tous les articles d'InfoBassin...


Comments

comments

Laisser un commentaire