Décès de Jean-Jacques Savin sur l’Atlantique

L’Arèsien intrépide a été retrouvé sans vie à l’intérieur de son canot à rames au large des Açores.

 


22/01/22


Une sale info est tombée : Jean-Jacques Savin a perdu la vie dans sa tentative de rejoindre les Antilles depuis le Portugal en solo dans un canot à rames.

Nous avions décidé de le suivre dans son périple et de vous donner régulièrement de ses nouvelles, en commençant par ce premier épisode, ici.



Un communiqué pour annoncer la triste nouvelle

Son équipe au sol a communiqué :

« Depuis 24 heures, nous étions dans une grande inquiétude. Nous espérions une lueur d’espoir, et même une bonne nouvelle. Jean-Jacques avait activé dans la nuit de jeudi à vendredi ses deux balises de détresse. Malheureusement, l’océan a cette fois-ci été plus fort que notre ami, lui qui aimait tant la navigation et la mer.

C’est avec une grande tristesse que nous venons d’apprendre le décès de notre ami Jean-Jacques. Le corps de Jean-Jacques a été retrouvé sans vie à l’intérieur de la cabine de son canot l’Audacieux, son « ami » comme il le disait si bien. La sécurité maritime portugaise avait localisé hier le bateau malheureusement retourné au large des Açores. Un plongeur a pu descendre et visiter l’embarcation ce samedi. Nous ne communiquerons pas plus d’éléments, ne connaissant pas encore les circonstances exactes du drame.

Toutes nos pensées vont vers sa fille Manon et sa compagne ».


Des craintes de son entourage après son message d’alerte

Sur la page FB « Jean Jacques Savin : Traversée de l’Atlantique à la rame »sa fille Marion communiquait :

« Vous recevez très régulièrement des nouvelles de mon père et votre ami Jean Jacques Savin dans sa traversée de l’Atlantique à la rame. Vendredi dans la nuit à 00h34 Jean Jacques a déclenché ses 2 balises de détresse exprimant une situation de très grande difficulté.

Nous sommes bien sûr très inquiets.

Tout a été mis immédiatement en œuvre en coordination avec les services de secours en mer Français, Portugais et Américains.

Nous reviendrons vers vous à mesure des informations reçues »


Le dernier rapport du marin

Dans son dernier rapport envoyé à terre, Jean-Jacques expliquait avoir des problèmes avec son désalinisateur :

« Je rencontre quelques problèmes depuis une dizaine de jour : le capteur solaire (qui doit recharger la batterie de mon désalinisateur d’eau) ne fonctionne plus. Je suis obligé d’utiliser mon désalinisateur manuel mais cela me coûte de l’énergie physique. Rassurez-vous, je ne suis pas en danger !

Je fais désormais route vers les Açores vers le port de l’archipel de Ponta Delgada. Il y a une belle marina avec un aéroport à côté.

Si je souhaite réparer il y aura tout ce dont j’ai besoin sur place. Coté météo, malgré les difficultés actuelles de forte houle et de force de vent, cela devient plus facile avec le vent qui me pousse vers l’archipel.



L’objectif est pour moi d’effectuer le plus de distance possible chaque jour tant que le vent est avec moi !

Les vents seront ensuite d’Est (ils diminueront en force en fin de semaine, début de semaine prochaine si les prévisions ne se trompent pas…) et je devrais ensuite ramer pour maintenir mon cap vers l’archipel de Ponta Delgada.


Une fois sur place et bien reposé, je repartirai pour finir mon défi. 
Il faudra peut-être attendre une nouvelle fenêtre météo favorable, avec pour objectif de descendre le plus sud possible….


Malgré tout cela, je ne baisse absolument pas les bras !

Voici mon journal de bord que j’ai rédigé hier le 18/01/2022 :

Temps couvert, mer forte, mais ça devient une habitude. J’ai effectué 60kms vers les Açores qui sont maintenant à 900 km.

Après longue réflexion je continue cette aventure qui je pense sera exceptionnelle.

Je rationne mon eau au maximum puisque je me laisse transporter…

Tout va bien, très bon moral.

Ci-dessous le trajet que j’ai déjà effectué avec en haut à gauche l’archipel des Açores Punta Delgada.



Quand Jean Jacques faisait visiter son canot…

Notre partenaire Thiery Nadé de GoCapFerret avait rencontré Jean-Jacques pour visiter son canot à rames avant son départ au Portugal.



Jean-Jacques avait fêté ses 75 ans, le 14 janvier à bord de l’Audacieux. Les causes de sa mort sont encore inconnues.

Cet homme exceptionnel à la détermination sans faille, au caractère bien trempé et à la grande gentillesse, avait un palmarès sportif impressionnant. Il avait été capable en 2019 de traverser l’Atlantique en tonneau, poussé par les vents et les courants. Il sera allé jusqu’au bout de ses rêves.

Son dernier défi lui aura été fatal, et nous prive désormais de sa belle présence. Tu vas nous manquer Jean-Jacques…


portrait MichelMichel Lenoir

 

 


Pour recevoir par e-mail tous les articles d'InfoBassin...

C’est gratuit


Comments

comments

Laisser un commentaire