Nucléaire : Exercice d’alerte à la Centrale de Blaye et… une BD sur un possible Fukushima français.

Le nucléaire n’est pas sans danger. Et si… Une BD percutante « #Accidentmajeur  » vient de sortir sur la base d’un scenario catastrophe, et un exercice d’alerte est programmé au CNPE du Blayais.


11/10/21


Cette semaine deux infos sur le même sujet se télescopent…


Centrale nucléaire du Blayais : exercice national de sûreté nucléaire


exercice centrale blaye pref33Les 19 et 20 octobre 2021, les pouvoirs publics et EDF organisent un exercice de sûreté nucléaire et de sécurité civile au Centre Nucléaire de Production d’Electricité (CNPE) du Blayais et dans la zone des 20 kilomètres autour de la centrale.

Pour mémoire, ce site industriel est à 65 km au nord-est du Bassin, à vol d’oiseau…


Cet exercice a pour objectif de tester le dispositif d’alerte et l’organisation de crise qui seraient déployés par les pouvoirs publics et EDF, dans l’hypothèse d’un accident nucléaire, pour gérer cet évènement et assurer la protection de la population.

Le 19/10 : mesure de la réactivité des équipes d’EDF et de secours.

Le 20/10 : exercice de protection de la population en phase post-accidentelle en état-major.

Ca va phosphorer sous les képis…

D’autant que 80 communes sont concernées par l’exercice, 57 en Gironde et 23 en Charente-Maritime.

Car le nucléaire reste toujours potentiellement dangereux. La France est le pays le plus nucléarisé du monde, avec un réacteur par million d’habitants.


Un incident sérieux à Blaye en 1999

En 1999, la tempête Martin avait poussé l’eau au-delà des protections de la centrale et avait provoqué un incident grave. Bilan : Conception de la centrale à revoir et dispositions urgentes à prendre.


centrale de blaye vue d avion site energie-nucleaire

CNPE Blayais. Photo energie-nucleaire.net

Le témoignage d’un technicien qui y travaillait le jour de l’incident, dans un article de notre confrère Actu.fr est éloquent : « Jean-Sébastien Perroteau a 53 ans. Son travail de 1992 à 2020 : faire tourner les réacteurs du Blayais. La tempête Martin de 1999, il ne l’a pas oubliée. « On a commencé à avoir des problèmes d’électricité et le site s’est retrouvé isolé, raconte-t-il. Le vent a renversé les caténaires. Une vague de trois mètres a infiltré la centrale…/… Notre première priorité était d’éviter de passer sur les groupes électrogènes de secours, dernière limite avant la catastrophe. Et on a réussi. Je n’ai pas eu peur, parce qu’on a bien fait notre travail, mais ça aurait pu mal tourner. »


Depuis, le CNPE a eu droit à la rehausse et au renforcement de ses digues de protection, des travaux pour rendre étanches ses sous-sols et une procédure préventive d’alerte météo.

Mais seront-elles suffisantes dans tous les cas, face à une secousse sismique importante, par exemple ?

Les girondins avaient noté à posteriori que l’article 21 de la loi sur les risques majeurs prévoyant une information en temps réel avait été un peu oublié par les autorités…

D’autres infos sur la centrale de Blaye, sur le site energie-nucleaire.net



Une BD de sensibilisation aux risques

Comme un contrepoint à cet exercice de sécurité, au même moment sort une BD sur le même sujet…


#AccidentMajeur, par Jean-François Julliard (scenario/dialogues) et Alizée De Pin (dessins)


L’histoire

livre accident majeur julliardUn jour de mars. Le barrage de Vouglans dans le Jura est menacé par des pluies diluviennes. Et si, comme beaucoup d’experts le craignent depuis longtemps, ce barrage sur l’Ain cédait et qu’une vague déferlait sur la centrale de Bugey ? Laurine, ingénieure environnement chez EDF, est au premier plan de la catastrophe qui se profile.

On la suit, dans une progression terrifiante, vers l’inéluctable accident majeur.


Les auteurs
Jean-François Julliard, qui vient régulièrement dans sa famille sur le Bassin, est le directeur général de Greenpeace France depuis 2012. Journaliste, il a auparavant été secrétaire général de Reporters sans frontières.

Pour écrire le scénario de cet album, il s’est inspiré des travaux des spécialistes qui conseillent Greenpeace.

Il a publié Les Veilleurs du ciel (2015, éditions Don Quichotte) et On ne joue plus (2019, éditions Don Quichotte/Seuil).


Alizée De Pin est illustratrice indépendante. Elle signe sa première bande dessinée. Passionnée par les questions environnementales et sociales, elle choisit des projets engagés.


Ce qu’on en pense

page bd julliuard accident majeurCet ouvrage est une BD engagée, sur un scenario maximaliste, certes, type Fukushima à la française, mais pas impossible.

Des dialogues réalistes et une tension grandissante au fur et à mesure du déroulé de la catastrophe, embarquent le lecteur en temps réel.

Plus efficace qu’une série américaine…


Pour les habitants de la Gironde, cette histoire fera écho à la tempête Martin en 1999.

Ce livre peut être lu par des adultes et des enfants (ou à des enfants). Certains se poseront peut-être des questions sur l’aveuglement et le déni des responsables…

Préparez vos réponses!


IB Pratic : #AccidentMajeur, Bande dessinée de Jean-François Julliard et Alizée De Pin, Ed. Du Faubourg, 134 p, 20 €.

A commander chez votre libraire ou auprès de l’éditeur, ici


portrait MichelMichel Lenoir


Pour recevoir par e-mail tous les articles d'InfoBassin...

C’est gratuit


Comments

comments

Laisser un commentaire