Nouvelles du front : La vaccination anti-covid sur le Bassin, à petit pas…

Après Arcachon et La Teste, deux centres de vaccinations devraient ouvrir vers le 20 février sur le Nord Bassin (si les vaccins sont arrivés…)


27/1/20


Si vous souhaitez être vacciné contre la Covid sur le Bassin d’Arcachon, que vous avez moins de 75 ans, et que vous n’êtes ni personnel médical, ni personne à risque, il va falloir être patient…

Le déploiement de la vaccination se fait progressivement suivant une logique simple : la priorité est donnée aux publics les plus vulnérables au virus et les plus susceptibles de développer des formes graves de la maladie.


La vaccination dans les EHPAD a débuté fin décembre. A partir du 18 janvier les personnes âgées de plus 75 ans se font vacciner ainsi que les personnes présentant une des cinq pathologies conduisant à un très haut risque de forme grave de la maladie et ce quel que soit leur âge.

La vaccination ne s’effectue que sur rendez-vous : plus d’information au 0 800 009 110 (7/7 de 06h00 – 22h00) ou sur https://www.sante.fr/centres-vaccination-covid.html


Pfizer et BioNTech : la rentabilité d’abord

Pour les autres, la patience, s’impose donc. D’abord, parce que les doses manquent, ici, comme partout en France. Les labos Pfizer et BioNTech ne sont pas contents-contents que l’Agence euro­péenne du médi­ca­ment ait validé le fait qu’une fois dilué, le flacon de 5 doses du vaccin per­met­ d’en obte­nir une sixième.

GAFA_vaccin lent2Car le groupe pharmaceutique pré­voit des quan­ti­tés plus grandes pour compenser (celles qui res­te­nt adhé­ren­tes aux parois du flacon, celles dans l’espace mort de la serin­gue, et celle de l’aiguille une fois l’injec­tion faite.

Cela permet une 6e injec­tion (Voir ici), et donc… un manque à gagner financier.


Les contrats portent sur un nombre de doses à livrer, pas sur un nombre de flacons. Du coup, le consortium a adapté ses livraisons en fonction de cette utilisation imprévue et réduit les doses en livraison.

Une façon d’augmenter sa marge à posteriori…

Les politiques et les soignants qui pensaient pouvoir vacciner davantage de personnes que prévu en seront pour leur frais.


Une administration… qui attend les vaccins

Sur le Bassin, outre Arcachon et La Teste, les maires d’Arès puis Andernos avaient dégainé rapidement et exprimé la disponibilité de sa commune pour organiser un « vaccinodrome ».

Mais la préfecture a préféré prendre contact avec tous les maires volontaires et voir avec l’Agence Régionale de Santé, quels centres autour du Bassin répondraient le mieux aux critères nécessaires.

Et puis, surtout, elle attend les vaccins (Moderna pour le Nord Bassin) qui devraient être disponible en France, en février.


La clinique d’Arès se fait tirer l’oreille

Le centre hospitalier d’Arcachon a commencé les vaccinations mais son pendant au nord bassin est aux abonnés absents. Selon les témoignages d’un médecin qui s’était déclaré volontaire pour vacciner et de plusieurs élus, la clinique d’Arès ne s’est pas portée candidate « en raison d’un manque de locaux adaptés et disponibles »…


Où et quand seront implantés les centres de vaccinations ?

A ce jour, pour le Nord Bassin, deux centres de vaccination devraient voir le jour autour du 20 février.


Pour la partie nord, trois villes sont en lice :

Lège Cap Ferret pourrait retenir l’attention de la Sous Prefete, Houda Vernet, en charge du dossier, pour répondre aux besoin du Porge et de Lacanau.


-La commune d’Arès pourrait jouer la synergie avec la clinique en établissant un centre de vaccination dans l’établissement des Lugées, inoccupé actuellement avec 6 box pour traiter 250 personnes par jour, un espace avec un lit au cas où, etc. avec possibilité d’extension.


Andernos mettrait à disposition la salle du Broustic avec l’organisation adéquate.

Pour la partie sud, ce sera Mios ou Biganos qui sera choisie.


Des centres à la charge des communes

Pour être retenue, la commune doit s’engager à prendre à sa charge toute la partie logistique, notamment le gardiennage des locaux, et garantir toutes les conditions d’hygiène (réfrigérateurs, circuits de vaccination, etc.)

L’Etat de son côté fournira les vaccins (quand ils seront disponibles…).

Coté soignants, plus de 200 se sont déclarés volontaires pour injecter le produit aux valeureux candidats.


La décision devrait être rendue par la Préfecture en fin de semaine.

A suivre…



 portrait MichelMichel Lenoir

Dessin de Gafa


Pour recevoir par e-mail tous les articles d'InfoBassin...

C’est gratuit


Comments

comments

Laisser un commentaire