La drague, quand c’est vaseux… Le Siba dégaine son UGS !

La valorisation des sédiments de dragage sur le Bassin. Et ensuite ?


10/09/18


Nos élus n’arrêtent pas de draguer… avec le SIBA.

Les ports et les chenaux d’accès. Tous y passent, dans toutes les villes du Bassin, une à une, pour enlever la vase et permettre une meilleure circulation des bateaux, professionnels ou plaisanciers. Car la vase est partout, épaisse, gluante. Mais ensuite, il faut trouver des lieux pour la stocker…


Un projet d’exploitation d’une unité de gestion des sédiments (UGS) de dragage sur Arès

arrete enquete siba UGS ares

SIBA Ares zone stokage vasesPour la société civile du Bassin d’Arcachon (associations, pêcheurs, ostréiculteurs…) et les élus, le stockage des sédiments de dragage doit s’effectuer à terre.

Les sédiments après dragage sont entreposés dans des bassins de décantation et de stockage. Une fois asséchés, sous forme de croûte, ils doivent être évacués, dans un délai de trois ans maximum s’ils sont réutilisés, ou d’un an en l’absence de voie de valorisation.


Créer une installation de transit pour des dragages plus rapprochés dans le temps

Siba valorisation des dragagesAussi, pour pouvoir accélérer les dragages, rendus de plus en plus souvent nécessaires, le SIBA veut créer, aménager et gérer une installation de transit permettant de libérer les bassins de leurs sédiments et d’envisager la programmation des travaux de dragage de manière plus rapprochée.

Les pistes explorées actuellement pour le réemploi des sédiments de dragage sont en support de culture, en épandage en forêt, et en remblai lors de travaux d’assainissement.


Pour les associations environnementales, le problème de la turbidité des eaux du Bassin

Les Ecocitoyens du Bassin soulignent qu’un des problèmes majeurs du dragage est « La qualité des eaux du Bassin et la restauration des herbiers ». Ils dénoncent (voir ici) « la vase soulevée qui ajoute un peu plus de turbidité et freine le développement des herbiers de zostères qui ne sont pas près de repousser… »


Avis d’enquête publique concernant le projet du 3/09 au 3/10

Quoiqu’un peu en froid avec le Préfet, le président du SIBA sollicite donc auprès des services de l’Etat l’autorisation environnementale pour la création et l’exploitation d’un espace de stockage et de décantation (UGS) sur le territoire de la commune d’Arès, au nord d’Andernos au lieu dit Querquillas, d’une surface de 8 ha.

La préfecture est chargée de l’enquête publique (voir plus bas) du 3 septembre au 3 octobre 2018 (inclus).

Le dossier sera consultable en mairie d’Arès et ici.


La question taboue : Pourquoi de plus en plus de vase ?

Si les efforts de nettoyage des ports et chenaux pour permettre la navigation des bateaux sont méritoires et nécessaires, le Siba traite ici les conséquences mais pas les causes de l’envasement progressif et généralisé de la partie Est du Bassin, l’extinction des herbiers, et le développement des spartines.

A quand une volonté politique offensive de traiter le problème en amont, sur le bassin versant ?


Les décharges sauvages du Nord Bassin (Le Porge, Andernos, Arès, et surtout Audenge) dans les années 70 à 2000, ont déjà envoyé des millions de m3 de lixiviats dans la petite mer de Buch.

Leurs parties les plus anciennes continuent leur contamination invisible car leur nettoyage total aurait couté trop cher.


Les agriculteurs, les éleveurs de porc (voir nos articles sur le sujet ici et ) envoient dans les ruisseaux et les nappes phréatiques, nitrates et autres produits chimiques dévastateurs.

D’autres facteurs sont sans doute aussi responsables.

Mais une véritable étude pour les identifier reste à mener par un collectif de scientifiques indépendants des pouvoirs publics et des lobbies, notamment agricole. Ensuite la rendre publique. Et enfin, agir.

Si les élus le décident…


Tous les documents à consulter et si vous avez des observations, cliquez ici


portrait MichelMichel Lenoir

Illustrations @Siba


Pour recevoir par e-mail tous les articles d'InfoBassin...

C’est gratuit


Comments

comments