Edito : Ici commence la mer…(de)

L’Oeil au Beurre de Lenoir : Quand les égouts s’écoulent dans la rue, puis vers la plage…


1/12/19


SIBA ici commence la mer

Copie écran site SIBA

A l’automne 2019, le Syndicat Intercommunal du Basson d’Arcachon a lancé une nouvelle campagne de sensibilisation sur la préservation de la qualité des eaux du Bassin (voir son site ici). Le SIBA aime beaucoup communiquer pour vanter les charmes du Bassin. Question finance c’est du lourd, en dizaine de milliers d’euros, pour attirer le chaland dans notre belle région, et promouvoir la marque BA.


Et puis avant Noël, c’est la saison des huitres, et les ostréiculteurs d’ici travaillent dur toute l’année pour proposer les meilleurs huitres pour les fêtes de fin d’année (la moitié de leur chiffre d’affaire annuel).


Derrière la carte postale

Mais sur le Bassin, en automne, après la saison estivale, il pleut. Et c’est vrai que question flotte, le ciel ne nous a pas oublié ces dernières semaines. Toute cette eau tombée sur nos toits et dans nos rues, s’écoule normalement vers un réseau spécifique pluvial géré par le SIBA.

Le syndicat intercommunal gère aussi un autre réseau séparé, celui des eaux usées, qui finit après traitement dans plusieurs stations, au Wharf de la Salie. Ca, c’est la théorie. (Pour plus d’infos, voir notre article détaillé sur le sujet de janvier 2017)


Les conséquences d’une urbanisation galopante

siba debordement egouts dimanche

Les eaux usées, sous pression, débordent et s’écoulent vers le réseau pluvial

En pratique, l’urbanisation inflationniste sur le territoire avec des immeubles d’une quinzaine d’appartements construits après la vente d’une maison prévue pour une famille, augmentent les débits dans des réseaux aujourd’hui sous-dimensionnés.


Le problème des eaux pluviales chez les particuliers

siba debordement egouts grille plage

La grille du pluvial sur la plage à 50m du refoulement…

Si des vérifications sont effectués dans les nouvelles constructions pour que seules les eaux usées partent dans le réseau prévu à cet effet, c’est loin d’être d’être le cas pour beaucoup de maisons anciennes. Des milliers de mètres cubes d’eau de pluie dévalent dans les égouts.


Du papier cul sur les trottoirs

Conséquences, le réseau sous pression évacue les eaux par où il peut, c’est à dire… les regards individuels devant les maisons. Et cette eau malodorante et polluée s’écoule dans le pluvial, puis, sans traitement, sur les plages.


Un exemple

Vendredi le SIBA est prévenu d’un dysfonctionnement sur plusieurs regards qui déversent des eaux usées.

Dimanche, un camion intervient. C’est vrai que promener le petit en poussette en slalomant au milieu du PQ, c’est pas bon pour le tourisme.


siba debordement egouts dimanche intervention

Intervention au jet pour nettoyer la chaussée

Le passant dubitatif interroge l’agent près du camion :

-Mais vous allez pomper dans le réseau pour diminuer la pression et évacuer les excréments dans le camion citerne ?

-Ah ben non, Monsieur. Il nous faudrait des dizaines de camions, là. Y’a trop de flotte, trop de pression. Nous, on vient juste pour nettoyer avec le jet.

-Et vous l’envoyez où, tout ça ?

-Ben, dans la grille du pluvial. On peut pas faire autrement.

Vu comme ça…



De la bonne utilisation des impôts locaux

Pourtant, on pourrait imaginer d’utiliser les impôts locaux pour redimensionner le réseau, éviter ce genre de désagrément, préserver la qualité de l’eau du bassin et protéger l’ostréiculture, plutôt que de les dépenser en pub pour le Bassin dans le métro parisien, sur les réseaux sociaux et dans les aéroports.

siba debordement egouts dimanche apres intervention

3h après l’intervention… Ca repart !


Et puisque le SIBA a la double compétence Tourisme/ Assainissement, on aimerait connaître les résultats d’un prélèvement pour analyse de l’eau du Bassin, sur la plage, en ce moment…


La com de l’interco est pourtant pertinente, en mettant près des avaloirs du pluvial sur les trottoirs, des macarons de sol avec le message :  « Ici, commence la mer– ne rien jeter ».

Mais « Faites ce que je dis, pas ce que je fais », comme méthode pédagogique, c’est moyennement efficace.



portrait MichelMichel Lenoir

Directeur de publication



Pour recevoir par e-mail tous les articles d'InfoBassin...

C’est gratuit


Comments

comments

Laisser un commentaire