Environnement : Un grand voilier pour nettoyer les mers

L’oeil au Beurre (de Le)noir : La fondation « Sea Cleaners », un sacré (Bour)gnon pour nettoyer les Oceans


20/01/19


bourgnon larrue salle 2Yvan Bourgnon était venu à Lanton ce vendredi pour présenter son épopée nautique autour du monde en catamaran de sport de 6 m sans habitacle et sans GPS (navigation au sextant) en 2013 et récolter des fonds pour sa fondation « The Seacleaners », (Les nettoyeurs de mer) visant à dépolluer les océans des déchets plastiques.


La municipalité avait mis gracieusement la grande salle du Centre d’animation à la disposition de l’intrépide marin.

Plus de 150 personnes, étaient venus voir le film, les tickets d’entrée étant destinés à financer les activités de la fondation. La tournée du gladiateur des mers aura donné lieu à 50 conférences de ce type cette année, dans ce but.


Nettoyer les océans…

bourgnon bastoulCompte tenu de l’état des mers de tous les continents, les travaux d’Hercule font figure d’aimables jeux de boyscouts, en comparaison de ce qui attend le vertueux navigateur….

Mais Yvan Borgnon est déterminé et surtout, son périple autour du monde pendant 230 jours, lui a permis de voir de près l’étendu des dégâts.

Il l’a dit avec force  : « Il est temps d’agir »


Il a souvent, au cours de ses courses transocéaniques en multicoque, heurté des objets flottants non identifiés.

Alors, avec la création de sa fondation, il veut se lancer dans la construction d’un navire révolutionnaire  Le Manta , un catamaran géant de 70 mètres de long, 49 m de large et 61 m de haut, collecteur de déchets plastiques.


La pollution océanique en quelques chiffres

bàurgnon sea cleaners carteDes vortex géants de micro-plastique se sont constitués en mer. Ces déchets sont délités, et il est difficile d’intervenir.

Mais l’océan reçoit toujours 9 millions de tonnes de déchets plastiques chaque année, dont 90% proviennent de 10 fleuves ou rivières d’Asie, d’Afrique et d’Amérique du Sud, touchant les estuaires et les zones littorales, avec des phénomènes climatiques aggravants, dans certaines zones (mousson, cyclones, tsunami, inondations,…).


Cinq pays produisent 60% de la pollution plastique mondiale (voir carte). 70% des déchets flottants finissent par couler. Cette pollution entraîne la mort d’1.000.000 d’oiseaux et de 100.000 mammifères marins par an.

De 320 millions de tonnes/an, la production mondiale de plastique va passer à 1 milliard de tonnes en 2050. Trois fois plus de déchets finiront en mer.


Comment s’y prendre pour nettoyer les vastes mers ?

bourgnon sea cleaner plastic 2Pour le navigateur, «le déchet qui pollue le moins est celui qu’on ne jette pas, et l’éducation au respect de l’environnement est une priorité…/…

Mais dans l’attente que les solutions préventives de captation et de traitement terrestres s’avèrent plus efficaces, nous avons fait le choix de collecter en grande quantité et au plus près des sources de pollution, les macro-déchets plastiques déversés dans les océans avant qu’ils ne se dégradent ou qu’ils disparaissent au fond de l’océan, polluant durablement tout l’écosystème marin qui absorbe les toxiques dégagés. « 

L’idée de la fondation Sea cleaners est donc de financer rapidement un prototype, de commencer à nettoyer puis de mettre en place rapidement 10 bateaux et davantage dans les endroits les plus impactés avant que les déchets ne se dispersent dans l’océan.


Comment va fonctionner le Manta ?

bourgnon sea cleaners bateauPour une empreinte carbone réduite au minimum, le Manta sera propulsé par des voiles DynaRig et par quatre moteurs électriques. Pour les alimenter, il embarquera plusieurs technologies combinées de production d’énergie renouvelable associées à un système de stockage énergétique optimisé, notamment un gas-oil créé à partir de pyrolyse des déchets plastiques récupérés. Il viendra en appoint des autres énergies en cas d’absence de vent et de soleil, le reste sera revendu.


Les 3 collecteurs, situés entre les coques du navire, auront la capacité de ramener rapidement les déchets à bord vers l’unité de tri manuel. 

Là, les matières plastiques valorisables seront séparées des autres débris et compactés en balles de 1m³. Le Manta pourra stocker 250 tonnes dans les 600 m³ de capacités de stockage, qui seront ensuite acheminées à terre vers des unités de recyclage.


Voir la vidéo sur ce sujet



Le Manta emportera 12 marins, 12 opérateurs pour trier les déchets et 3 scientifiques pour analyser les macros déchets.

La fondation devra réunir 30 M€ pour construire ce navire. Un projet nécessaire pour limiter ces micro et nano-déchets qui finissent toujours dans le ventre des poissons puis dans notre estomac…


IB Pratic : Yvan Bourgnon présentera son film et échangera avec le public le 28 février à Gujan-Mestras et le 2 mars à Biganos. Entrée 6 / 10 € au bénéfice de la fondation Sea Cleaners.

Pour recueillir des informations sur le projet d’Yvan Bourgnon, ou participer au financement de la fondation, visitez le site theseacleaners.org



portrait MichelMichel Lenoir

Pour recevoir par e-mail tous les articles d'InfoBassin...

C’est gratuit


Comments

comments