L’Edito : Ripaille du matin chasse l’esprit chagrin !

L’Oeil au Beurre de Lenoir : En cas de couvre-feu, se préparer à ripailler le matin …


25/10/20


Au rythme où progresse la Covid en Gironde, le couvre-feu ne va pas tarder à nous tomber sur le coin du nez. Le taux d’incidence est passé de 98,6 pour 100.000 habitants à 115,2 en une semaine.

Pour celles et ceux qui s’en sont désintéressés, parce que « ben chez nous, y’en a pas de couvre-feu » cela se traduirait par l’interdiction de se déplacer entre 21 heures et 6 heures du matin dans tout le département, fermeture des bars toute la journée, et les établissements recevant du public ferment de 21 h à 6 h pendant trois semaines.

Vous reprendrez bien un petit anti-dépresseur pour passer la période ? Car les mesures déjà en vigueur sont évidemment prolongées, finies les fêtes étudiantes, les fêtes locales et les manifestations sportives dans l’espace public.

Heureusement un coin de ciel bleu se découvre dans la tristesse automnale.


Vive la tripaille matinale !

cuisine chef ravigoteLes Lyonnais(ses) pour qui la gastronomie est un art de vivre (oui, comme pour les gens d’ici, mais ne soyons pas chauvin), ont décidé de remettre en vigueur les traditions avec le « mâchon ».

Ce repas remonte au temps des Canuts (ces ouvriers tisserands de la soie un tantinet révolutionnaires), et invite à s’envoyer tripes et autres spécialités gastronomiques lyonnaises au petit matin.


Tradition locale : la tripote…

C’est un exercice pratiqué aussi depuis longtemps autour du Bassin par les chasseurs, les agriculteurs et autres fervents de la ruralité, et proposé aux aficionados lors des fêtes locales, comme celles de La Teste début aout.

On notera cependant que le fumet puissant et l’aspect rustique de ces délices rabelaisiens peut demander un temps d’adaptation pour les narines sensibles…


Mais qu’il en soit ainsi.

Ripaillons mes frères et mes sœurs ! A moins de six à table, mais avec force charcutailles dès potron-minet, ouvrons les boutanches et festoyons gaiement, pour commencer la journée dans d’aimables dispositions ensuite envers notre prochain.

Amis restaurateurs, ouvrez vos estaminets, et que les brunchs soient généreux (mais à petit prix, parce que coté social, les bourses sont vides comme dirait le Père Cepteur à ses ouailles.)


Faire fi du Covid, des intégristes de tous bords, du robinet anxiogène des chaines d’infos continues, et fêter la vie, pour garder le moral ! Notre pays en a vu d’autres et les Lyonnais ont bien raison : retrouver ses racines, c’est se redonner force et vigueur.

Bon dimanche !



portrait Michel

Michel Lenoir

Directeur de Publication


 
Pour recevoir par e-mail tous les articles d'InfoBassin...

C’est gratuit


Comments

comments

Laisser un commentaire