Des réactions au décret de la RNN du Banc d’Arguin…

13/05/17


L’ABA-33 et la CEBA ont réagi au décret portant extension et modification de la RNN du banc d’Arguin


Suite à notre article sur le nouveau décret relatif au Banc d’Arguin, nous avons reçu deux commentaires émanant des Amis du Banc d’Arguin d’une part et de la Coordination Environnement du Bassin d’Arcachon d’autre part. Nous les livrons in extenso.

L’intégralité du décret est à lire, ici.



ABA Logo ConfoulanABA-33 : La préservation des égoïsmes écologistes

« Ce décret va impacter gravement nos usages et l’économie locale.

Il parait incroyable qu’une simple association passionnée par les oiseaux déconsidère à ce point les autochtones, tous les visiteurs amoureux du Bassin d’Arcachon et toute l’économie de la plaisance et produits dérivés.

C’est la préservation des égoïsmes écologistes (à connotation politique en considération des alliances récemment affichées) au détriment du partage de bon sens qui a toujours prévalu depuis des siècles sur le Bassin. De nouveaux venus tombés du nid veulent s’affirmer en coucous prédateurs du bonheur de tous les autres usagers de ces espaces naturels.

Les écologistes ne doivent pas avoir le monopole sur un territoire d’intérêt général local

Le fond du Bassin pénalisé

Ce décret va dissuader tous les usagers du fond du Bassin et également ceux qui pratiquaient le port terrestre :

·Les premiers ne vont plus faire un simple aller-retour (au prix du carburant ) pour une seule journée au Banc d’Arguin et les horaires de marées vont d’autant plus réduire les opportunités

·Les seconds ne vont pas faire aussi plusieurs aller-retour de 24 h maximum pendant leurs vacances

La concentration sur les autres spots de séjour

Enfin, on peut imaginer l’étalement dans tous les autres spots de séjour, dans tout le Bassin, qui va amener, en considération de leur nombre de plus en plus réduit, une concentration insupportable et certainement polluante

L’ABA-33 envisage d’ores et déjà une mobilisation spectaculaire sur l’eau pendant cette période d’élection de nos représentants locaux

Joel Confoulan, Secrétaire d’ABA-33″

Rens ABA-33 Tel 06 09 56 28 72. Site internet aba33.fr/


viala arguin vu d'en haut



CEBA LogoCEBA : Un changement de culture

Si le processus d’élaboration a duré de trop nombreuses années, on peut saluer la vigilance du Premier Ministre et de la Ministre qui n’ont donc pas oublié notre Réserve Naturelle Nationale avant de remplir les cartons …


Une clarification nécessaire

Une Réserve Naturelle Nationale aux contours évolutifs sur laquelle on observe des parcs à huitres d’importance et une activité nautique soutenue, ne peut s’envisager sans une règlementation de nature à en garantir la pérennité et à prévenir tout conflit d’usage.

Le texte incite clairement à un devoir de précaution renforcé que ce soit pour l’ostréiculture, ou que ce soit pour la plaisance et la pêche.

On sait que le Décret précédent de 1986 était aussi incomplet qu’obsolète et que certaines de ses dispositions n’étaient pas respectées.


Aujourd’hui les choses sont claires :

-La Réserve Naturelle Nationale est étendue sur 4.360 hectares,

-la Zone de Protection Intégrale ne peut être inférieure à 100 ha,

-l’activité ostréicole peut s’étendre sur 3 zones sur 45 ha, passages compris, l’autorisation d’exploiter étant limitée à 5 ans,

– le mouillage et le stationnement des bateaux et de tout engin nautique est autorisé du lever au coucher du soleil,

– la vitesse des bateaux est limitée à 5 nœuds dans les zones de protection renforcée et à 3 nœuds dans les zones de stationnement,

– les conditions d’accostage et de mouillage des navires des sociétés de transport de passagers sont fixées par arrêté du Préfet maritime,

– la pêche sous-marine ou à pied est interdite dans la Zone de Protection Intégrale ; elle peut être autorisée par le Préfet en dehors,

– toute activité commerciale, évènementielle, sportive, bruyante, nécessitant du mobilier, du feu, des feux d’artifices etc. est proscrite.


Combler les lacunes du décret de 1986

Ce texte vient combler les lacunes du Décret de 1986 en posant des règles consistant toutes à protéger la Réserve qui a tendance à être victime de son succès.

Le caractère extraordinairement sensible de ces bancs de sable aux contours en perpétuelle évolution doit être rappelé à tous les visiteurs et estivants : une multitude d’espèces n’a pas choisi ce site par hasard (sur la totalité de sa surface, contrairement à ce que l’on peut croire).

Toute la question est de savoir jusqu’à quel point les activités ostréicoles, de pêche et nautiques sont de nature à perturber durablement l’équilibres de la réserve.

Le décret a le mérite de définir des partitions précises, certaines pouvant être révisées ou adaptées selon des arrêtés du Préfet de l’Atlantique ou du Préfet de Gironde.

On aurait pu définir 2 zones ostréicoles et non pas 3 comme cela était initialement prévu.

La notion d’étude d’impact conditionnant la pérennité des parcs ostréicoles n’a pas été retenue, ni même la notion de précarité desdits parcs en vertu du droit des Autorisations d’Occupation Temporaire (AOT).


Le nettoyage des parcs

On sait que la question du nettoyage des parcs est cruciale ; gageons que les services de l’Etat et les professionnels puissent désormais garantir à l’environnement du Banc et aux estivants un nettoyage rigoureux.

Ce texte marque un changement de culture. Le Banc d’Arguin est avant toute chose une Réserve qui a, jusque-là, su accueillir avec bienveillance beaucoup d’activités exogènes…

Jacques STORELLI, Président CEBA ».

Rens site internet CEBA



Les discussions de couloir au prochain conseil de gestion du PNM où se rencontrent toutes les parties prenantes pour les questions maritimes du Bassin seront sans doute animées…



MAJ le 13/05 à 14h00

Les kite-surfers sont vent debout contre le décret de la Réserve du Banc d’Arguin… Ils lancent une pétition, voir ici


portrait MichelMichel Lenoir (Photo Clément Viala)


Pour recevoir par e-mail tous les articles d'InfoBassin...

C’est gratuit


Comments

comments