Projet d’entrepot geant PRD / AliBaba à Belin-Beliet : La Region NA dit non !

Politique-Environnement : La Région surfe la vague verte, et dit non à un entrepot géant d’E-commerce à Belin-Beliet


5/07/20


Les français vont bientôt nager en pleine schizophrénie…

D’un coté, ils n’ont jamais autant acheté sur internet leurs produits préférés auprès des géants du secteur (Amazon, Alibaba, etc.), la crise sanitaire ayant favorisée le système.

Mais se pose le problème concret, physique de la logistique et de l’acheminement des produits.


Les grands sites d’e-commerce ont décidé de renforcer considérablement leur implantation en France par l’installation de nouvelles plateformes. Ce sont des entrepôts gigantesques qui ont pour fonction de recevoir, stocker, trier les produits qui seront ensuite acheminés vers des centres de stockage secondaires puis redistribués aux consommateurs via des sous-traitants.


Les géants de l’e-commerce avancent masqués

alibaba camion barre Ali Baba, concurrent chinois, de l’americain Amazon et du Français CDiscount, veut s’implanter davantage en France.

D’ailleurs le chinois Jack Ma, son entreprenant fondateur et PDG, apprécie notre région. Alliant plaisir et investissement, il est désormais propriétaire du Château de Sours sur la commune de Saint-Quentin-de-Baron dans l’Entre-deux-mers, où il va créer un restaurant de luxe et un hôtel.


Mais ces grands noms du commerce en ligne, avancent masqués et n’apparaissent jamais directement dans la prospection et l’achat des terrain.


C’est le rôle de sociétés spécialisées intermédiaires comme par exemple,  la société PRD (promoteur, investisseur et aménageur pour Louis Vuitton, Amazon, AliBaba, Castorama,..)

Le choix géographique d’implantation se porte de préférence sur des communes en dehors des métropoles et des centres urbains, tout en restant à proximité des grands bassins de vie.


Les élus locaux sont approchés puis, appâtés par la perspective de création de centaines d’emplois sur leur commune et de rentrées fiscales. Ils signent des clauses de confidentialité.



Les impacts sur l’environnement… et l’emploi !

Ces sites créent hélas des nuisances environnementales fortes

– Sur la biodiversité : écocide avec l’artificialisation des sols, le défrichement de zones naturelles, forestières et agricoles, la destruction de zones humides… ;

– Sur la qualité de l’air et les nuisances sonores : pollutions de l’air et sonores engendrées par l’augmentation importante du trafic routier, notamment des poids lourds mais aussi par l’augmentation du trafic aérien ;

– Sur le climat et la consommation des ressources : le type de e-commerce développé par ces géants est  néfaste pour le climat. Basé sur la surproduction de biens produits à l’autre bout de la planète et la consommation de masse, il est à l’origine d’un gaspillage insensé des ressources et d’émissions de gaz à effet de serre incompatibles avec la lutte contre le changement climatique.


Quant aux impacts sociaux et économiques, ils sont tout aussi importants. Les promesses de création de centaines d’emplois à court terme, s’avèrent à l’arrivée bien moindre et en réalité ne sont qu’un leurre. Chaque implantation va entrainer la destruction de centaines voire de milliers d’autres emplois sur les territoires.

Mais comme cette destruction est diffuse dans l’espace et dans le temps, elle est insidieuse et masquée. On estime aujourd’hui que cette forme de commerce détruit deux emplois chaque fois qu’il en crée un. Une réalité qu’avait confirmée l’ex-secrétaire d’état au numérique.


L’impact sur les commerces de proximité

tapis alibaba colisSi les petits commerces de proximité en sont les premières victimes, aujourd’hui également dans le secteur non alimentaire, beaucoup d’enseignes, des grandes et moyennes franchises, de multiples entreprises commerciales sont mises en grandes difficultés et déposent leur bilan.

Des milliers d’emplois sont donc détruits ou gravement menacés et la crise sanitaire n’a fait qu’aggraver le phénomène.


Les pratiques reprochées aux géants du e-commerce concernent :

– un dumping généralisé sur les prix (en général 20% moins chers),

– des soupçons de fraude sur la TVA des vendeurs de la « market place » d’Amazon (le manque à gagner pour l’Etat serait de 1 Md€)

– et une productivité très élevée des salariés de ces entrepôts que certains qualifient même d’une forme d’esclavage moderne.


Le paisible Val de l’Eyre dans la tourmente

La Nouvelle-Aquitaine n’a donc pas échappé pas à la convoitise des géants du e-commerce, avec le projet d’implantation d’Ali Baba (probable mais non confirmé) à Belin-Beliet, ville de la Communauté de Communes (CDC) Val de Leyre, du Parc Naturel des Landes de Gascogne, proche de l’autoroute A63.


prd ali babaVoici un an, le conseil de la CDC a approuvé à l’unanimité le projet d’implantation d’une nouvelle plateforme  logistique sur la zone Sylva 21. Ce projet, porté donc par PRD consiste en la construction d’un vaste entrepôt de 71.000 m2 sur des terrains achetés à un prix avantageux.


Ces bâtiments seraient construits sur un site de 19 hectares, avec des voiries associées, après la destruction de 13ha de zone humide avec une biodiversité remarquable et une demande de classement ICPE (Installations classées pour la protection de l’environnement).


Des collectifs pour dire non au projet

Les malheureux habitants du Val de l’Eyre à peine sortis du confinement Corinavirus, ont eu droit à de sévères inondations en mai avec routes coupées pendant plusieurs jours qui les a fortement sensibilisés à l’artificialisation des sols. Et ils voient maintenant le spectre d’Alibaba se profiler à l’horizon.


Spontanément les associations locales de défense de l’environnement et des collectifs (Touche pas à ma zone humide, Extinction Rébellion, CNNR,..) se sont organisées pour s’opposer à cette implantation.

Ils dénoncent la destruction de 13 ha de zone humide qui aura un impact sur son rôle de capacité de rétention d’eau indispensable en cas de fortes pluies et de sécheresse. La commission locale de l’eau du SAGE Leyre a d’ailleurs émis un avis défavorable sur ce projet.


Le Conseil Régional frappe fort

logo region nouvelle aquitainePuis les politiques ont pris le relais. Après la vague verte des municipales, le Conseil Régional de Nouvelle-Aquitaine, réuni en séance plénière le 3 juillet a été saisi par le groupe EELV d’une motion au vote, qui a été approuvée.


« Le Conseil

– Affirme que ce type de projet est incompatible avec les ambitions affirmées dans la feuille de route Néo Terra ni avec les objectifs du SRADDET ; qu’il est en contradiction avec des politiques régionales en matière de biodiversité et avec la volonté de définir une transition globale et ambitieuse vers une économie durable, permettant de lutter contre le changement climatique, sachant que la Région sera un des territoires les plus impactés de France ;


Se prononce pour un moratoire général sur ce type de projets de plateformes des géants du e-commerce et demande à l’Etat de ne pas accorder les autorisations nécessaires aux nouvelles implantations en Nouvelle Aquitaine considérant leur incompatibilité avec notamment, la loi énergie climat du 8 Novembre 2019 qui fixe l’objectif neutralité carbone à 2050 en réduisant les émissions de gaz à effet de serre par un facteur 6, et avec la loi mobilité du 26 Décembre 2019 qui fixe l’objectif moins 37,5% d’émission de CO2 en 2030 ;


Emet un avis défavorable sur le projet de plateforme logistique de Belin-Beliet, situé dans le bassin de la Leyre, un des territoires sensibles du Parc Naturel Régional des Landes de Gascogne, compte tenu qu’il est en contradiction avec les objectifs du SRADDET et avec le SAGE de la Leyre »


Macron aussi…

Le président Macron a récemment « en même temps », exprimé sa volonté de limiter l’expansion des centres commerciaux et entrepots géants.

Alors, comment va-t-on pouvoir continuer à commander nos indispensables bidules sur internet ?

De quoi devenir schizophrène, on vous dit…



michel L OK3Michel Lenoir

Illustrations : Copie écran internet / Photo banderole Cnnr-Manif Belin-Beliet


Pour recevoir par e-mail tous les articles d'InfoBassin...

C’est gratuit


Michel What do you want to do ?

New mail

What do you want to do ?

New mail

What do you want to do ?

New mail

What do you want to do ?

New mail

What do you want to do ?

New mail

What do you want to do ?

New mail

Comments

comments

Laisser un commentaire