Le Bassin, terre d’accueil ? Après le phoque You, le phoque Off …

24/03/15

Notre petit paradis reçoit des visiteurs insolites, dont nous profitons gentiment et pleinement. Jusqu’à quand ?


Les phoques « You » et « Off », stars du Bassin …


You et le pecheur

You a beaucoup d’admirateurs …

Le phoque « You », enfant chéri du Bassin, star des surfers, promeneurs et autres kayakistes (voir notre article), a désormais un copain, qu’à IB nous avons baptisé, pour rester dans le même registre, le phoque « Off » …

You porte une robe claire, celle de Off est sombre. Il est arrivé avec les grandes marées. Male ou femelle, cela fera un joli couple Black and White, s’il décide de poser ses valises ici.

Au-delà de l’anecdote, si ces mammifères marins nous sont chers, c’est parce qu’on a le sentiment diffus d’une grande chance de pouvoir les voir évoluer autour de nous. Il nous ramène à des jeux simples et primitifs, vrais, frais.

Une rencontre avec une otarie ou avec les animaux du Bassin en toute simplicité est un instant précieux qu’un enfant (ou aussi un adulte) n’oubliera plus, et qui vaut toutes les vidéos sur Internet. Un instant de poésie en voie de disparition annoncée, comme le conte le Dr Loïc De Lanlay de Pyla/Mer, dans une ode à la vie nature sur le Bassin :


Dialogue entre un père et son fils … sur l’utilisation du banc d’Arguin.

Le phoque "You". Photo Guy Courtin.

Le phoque « You ». Photo Guy Courtin.

– Dis papa, c est vrai que bientôt on ne pourra plus dormir sur la pinasse au banc d’Arguin?

– Oui petit Pierre, c est vrai. Il paraît qu’on lui fait du mal au banc d Arguin.

– Alors tu ne pourras plus m’apprendre les noms des nuages au coucher du soleil ? Ni ceux des étoiles lorsque la nuit sera tombée et qu’avec les quelques autres bateaux on contemplera le ciel?

– Non petit Pierre, ils disent que l’on embête les sternes et les pies ostréicoles qui dorment au loin sur le banc, et que nos ancres abîment les sables éphémères.

– Je ne pourrai plus rêver en laissant partir vers l’Amérique le petit bateau en os de seiche et son mat en bois flotté , emporté par le vent d’est de la nuit?

– Non petit Pierre, ils disent que l’ on fait du mal aux coques et aux palourdes…

– Et plus de levers du soleil derrière la dune embaumée ?

– Non petit Pierre. Plus de pêche aux mulets dont il faut couper la nageoire caudale, ni de couteaux péchés au gros sel qu’il faut mesurer avec un centimètre.

– Alors, on ira dormir dans la conche du Mimbeau de ton enfance, mon papa ?

– Non petit Pierre, ils nous interdisent aussi de se poser dans la lagune. Tu te souviens, quand, assis sur le pont de la pinasse, on contemplait le grand phare protecteur avec ses faisceaux rouges balayant la nuit toutes les 5 secondes. La conche, devenue si petite, est paraît il si fragile. Les riverains disent qu’avec Ia pinasse posée si doucement sur la vase, on lui fait du mal.

– Bon, alors papa, nous irons sur I ‘le aux oiseaux, remonter à pieds les petits chenaux et se recouvrir de vase ….tu te souviens ?

– Non, petit Pierre, l’abordage de l’ile aux oiseaux avec la pinasse est interdit maintenant, sauf à quelques indiens, je crois. Tu vois, à vouloir tout protéger, ils oublient leurs propres enfants …

– Mais qui sont ils ?

– On ne sait pas très bien, mais la plupart d entre eux n’ont jamais dormi au banc d’Arguin avec leur petit garçon. Ils interdisent pour sauver la planète, se donner bonne conscience, donner un sens à leur vie, justifier une croisade qui était pourtant pleine de noblesse au départ … Et ils oublient de sauver les …petits hommes. Mais tu sais, à vouloir tout interdire, bientôt les gens ne les aimeront plus. En effet, quelle plus belle leçon d amour et de respect de la nature que de vivre en son sein pendant son enfance.

– Ne pleure pas petit Pierre, ne pleure pas. Bientôt tu pourras visiter le banc d’Arguin ou la dune du Pyla en groupe, en suivant un guide assermenté avec une belle casquette. Tu apprendras la nature sur une tablette, dans des musées sinistres. Plus tard quand tu sortiras le soir avec tes copains , tu leur raconteras les belles nuits au banc d’Arguin avec ton papa. Mais, ils ne te croieront pas car ils auront trop bu. Souris petit Pierre, souris …

(Texte de Loïc De Lanlay. Merci pour son autorisation)


IB


Pour recevoir par e-mail tous les articles d'InfoBassin...


Comments

comments

One comment on “Le Bassin, terre d’accueil ? Après le phoque You, le phoque Off …
  1. Venir sur le bassin…
    Ca se merite quand on vient de l exterieur
    J ai appris la navigation sur le bassin
    Gamin, on etait les rois du monde sur notre zef…
    Aujourd hui j ai elargi mes horizons de navigation mais a chaque fois que j embouque la passe j ai l impression de rentrer a la maison
    Pourtant je pense que, vue l evolution des choses sur les saisons a venir, s il n est plus possible de passer les nuits au mouillage au banc, au bord de l ile, devant l herbe… nous passerons notre chemin vers le sud ou vers le nord… dommage qu espace protege doive rimer avec espace confisque.. et espace reserve…
    Tant pis on vous le laisse, souhaitant qu il reste encore quelques abrits proteges (au sens navigation) ou il reste possible de jouir d une bonne nuit au calme sur mouillage forain apres quelques heures de navigation. Mais au train ou vont les choses, meme ca, on peut se poser la question pour nos enfants .

Laisser un commentaire