Mise en examen…

Au royaume de Suède…


Chronique libre et énervée de Jean-Marie Audignon


deputé honneteL’histoire qui suit est édifiante, c’est pourquoi on devrait la raconter dans les écoles.

Nous sommes en Suède. Membre du Parti social démocrate, Mona Sahlin a été nommée ministre du Travail en 1990. Pour l’heure, intéressons-nous à l’année 1995, où notre héroïne est vice-premier ministre, soit n° 2 du gouvernement suédois.

Elle est mariée, a trois enfants. On peut dire que, à 38 ans, elle a un beau parcours politique, et probablement un avenir radieux.

Sauf que…


Un journal du soir, Expressen, révèle qu’elle a utilisé sa carte bancaire professionnelle à des fins privées, en 1990 et 1991, alors qu’elle était ministre du Travail. Achats divers, location d’une voiture, retraits d’argent. Pour 53 174 couronnes (5  000 euros), voyez comme les journalistes suédois sont précis.

La voici bien embêtée, Mona Sahlin, vice-premier ministre en exercice.

Sa défense ? Jouons un peu, malgré la gravité de la situation.


Deux hypothèses.


Hypothèse 1

Sobre et digne, elle déclare : « Tout est faux. Je n’ai rien fait d’illégal. Et je le prouverai. Si jamais j’étais mise en examen, je partirais. »

Le lendemain : « A travers moi, c’est mon parti qu’on attaque, c’est ma famille qu’on veut détruire. La meute des journalistes est à mes trousses, c’est un lynchage médiatique. On jette aux chiens mon honneur et ma famille. Je vais déposer plainte pour diffamation. »

Une semaine plus tard : «  J’ai peut-être commis une faute. Mais les sommes sont minimes et, sur l’honneur de ma famille, j’agissais sans savoir que j’étais dans l’illégalité. J’aime mon mari, j’aime mes enfants, j’aime mon pays. Et je demande pardon, solennellement, aux Suédois. »

Le lendemain : « C’est un complot ! On veut me mettre en examen ! Eh bien, sachez-le, je ne me retirerai pas ! Je dénie à ces juges le droit de me juger. »


Hypothèse 2.

En moins de temps qu’il n’en faut à un honnête citoyen pour ouvrir un compte occulte au Panama (et vous devinez que c’est bien pour cette défense qu’opta notre vice-premier ministre), elle reconnaît son erreur. Et décide de rembourser (elle remboursera la somme incriminée plus 10 000 couronnes, environ 1.000 euros supplémentaires.) L’affaire est réglée, croit-on.

Mais c’est compter sans la soif de moralité et d’exemplarité de l’opinion publique suédoise. Qui manifeste.

Le 10 novembre 1995, Mona Sahlin annonce sa démission du gouvernement…

C’est pas dans notre beau royaume de France que ça arriverait, une histoire comme ça…



audignonJean-Marie Audignon

Correcteur à Sud Ouest, collaborateur du très regretté Pierre Desproges, fournisseur de sketches pour « Merci Bernard » de Jean-Michel Ribes, et auteur de fables décapantes, J-M. Audignon, Gujanais, s’exprime aussi sur InfoBassin…

Retrouvez l’auteur de cet article sur sa page FB, ici


Pour recevoir par e-mail tous les articles d'InfoBassin...

C’est gratuit


Comments

comments