Mini-Miss à Mios : Le show des enfants objets pour courir le Trophée « Roses des sables »

affiche mini missLe Trophée « Rose des Sables » est un Rallye en 4×4, motos, autres fusées roulantes dans le désert Marocain réservé aux femmes. Les équipages doivent contribuer à des actions de solidarités avec la population Marocaine, et aussi bien sur financer leur raid. Ils recherchent donc des sponsors et des sources de financement pour partir à l’aventure.

A cet effet, un concours de Mini Miss est organisé à Mios le 1er juin .

La question de l’exploitation commerciale de l’image des enfants

Importé des États Unis, ce type de manifestation pose les questions de la hiérarchie des valeurs, du rôle des adultes et de la société pour l’émancipation des enfants et, in fine, de l’exploitation de l’image des individus quel que soit leur âge.

Plusieurs élus de tous bords se sont alarmés de cette nouvelle vogue: Le 5 mars 2012, la Sénatrice Chantal Jouanno (UMP) a remis un rapport intitulé « Contre l’hyper sexualisation, un nouveau combat pour l’égalité ». Ce travail souligne que ce sujet est « un enjeu collectif d’affaiblissement des principes de dignité de la personne humaine et d’égalité entre les sexes ». Il préconise par ailleurs l’interdiction de ces concours de beauté, « quelle que soit leur dénomination », avant 16 ou 18 ans.

La contagion atteint Mios : les élus réagissent…

Matthieu Rouveyre, élu socialiste bordelais déclare dans une lettre ouverte au Maire de Mios : « Les candidates sont jugées sur leur apparence, leur tenue, leur maintien et leur démarche sur scène. Examinées par des adultes qui perdent de vue qu’il s’agit d’enfants, elles doivent se conformer au cliché de la femme fatale. Comme il s’agit d’une compétition, c’est celle qui s’approchera le plus près du stéréotype attendu qui décrochera la timbale. À l’issue d’un apprentissage malsain, ces jeunes filles deviennent purement et simplement des enfants objets. »

Mélisande Elias, conseillère municipale à Audenge (FDG), candidate aux législatives sur le Bassin interpelle les media : « Quel modèle de société voulons-nous pour nos enfants ? Doit-on les pousser à la compétition sur un objet aussi individuel, futile et éphémère que l’apparence et la beauté ? N’y a t-il pas d’autres valeurs à promouvoir qui laissent place à l’échange et à la solidarité ? La culture, le chant, la poésie, le sport, l’expression artistique … pour encourager nos jeunes à se dépasser, à s’élever, à forger chaque jour l’être en devenir pour que chacun réalise son projet de vie. »

Le concours de Mios

Les organisatrices de cette soirée expliquent sur leur site le déroulement du show pour les « Mini Miss » : 1 seul passage sur scène avec , au choix, tenue décontractée, tenue « mode » ou tenue du « dimanche ». Elles veillent à « conserver l’aspect ludique et convivial de l’événement » et « refuserons toute candidate trop maquillée, ou en tenue  jugée  inappropriée. Chaque candidate devra en quelques mots, se présenter,  parler de ses hobbies, ses passions, et dire ce qu’évoque le mot « Humanitaire » pour lui. Un Jury composé de 3 personnes devra les départager selon 3 critères : Aisance, naturel et expression. »

« Quand action et partage s’accordent au féminin… »

C’est le slogan du Trophée « Rose des Sables ». Cette démarche volontariste se veut encrée dans la dignité et l’aide aux femmes marocaines. Est-elle compatible avec la mise en scène de ces fillettes de 7 à 15 ans posant, ingénues, devant les caméras dans des positions maladroitement suggestives inspirées des revues masculines ?

A chacun d’y répondre.

IB

Comments

comments

Laisser un commentaire