Législatives sur le bassin : Pour qui, pour quoi voter ? Zoom sur C.Meynard (A.E.I.) et L.Croizier (F.N.)

La date fatidique approche. Les candidats des partis politiques aux législatives partent à la pêche aux voix et stimulent leurs troupes, en écumant les villages du Bassin.

Votre voix vaut de l’or…

Au-delà des convictions des uns et des autres, ces élections représentent une aubaine sur le plan financier pour les partis politiques. Chaque parti, dont les candidats obtiennent au moins 1% des voix, et ce sur au moins 50 circonscriptions, reçoit de l’Etat 1,63 euros par voix obtenue, à quoi s’ajoute un complément pour chaque député élu… L’assemblée nationale en votant la loi, a voulu mettre fin à certains financements douteux, et permettre aux partis représentatifs de pouvoir subvenir à leur nécessaire logistique.

Zoom sur les candidats

Afin d’éclairer s’il en était besoin les habitants de la 8ème circonscription, Infobassin se penche sur chaque prétendant.

Aujourd’hui Christian Meynard (Alliance Ecologie Indépendante) et Lydie Croizier (Front national)

 Les candidats :

C MeynardChristian Meynard

Habitant la circonscription à plein temps depuis 1997 après avoir été bordelais, Christian Meynard est un militant de la protection animale, notamment anti-corrida, de l’environnement, de la protection sociale… Il se définit comme « un citoyen en politique, au delà du clivage droite-gauche, pour le bien-être durable de tous les êtres » !

Lydie CroizierL Croizier

Installée en Gironde depuis 1970, élue Conseiller Régional FN en 2004 jusqu’en 2010, Lydie Croizier a en charge pour le FN Gironde, la 8ème circonscription et les dossiers d’éducation, de formation, de recherche et des lycées.

Infobassin : Quels sont les dossiers prioritaires concernant le bassin d’Arcachon que vous défendrez à l’Assemblée nationale et auprès du gouvernement ? Par quels moyens ?

C. Meynard : « Les constats qui peuvent être fait sur le Bassin sont les mêmes qu’ailleurs avec des spécificités locales et relèvent donc des mêmes causes.  Je pourrais citer l’étalement urbain, la circulation « moteur » sur l’eau et automobile autour du bassin, les concentrations commerciales au dépend des centres-villes. Par exemple, Biganos n’a pas de centre-ville mais une grosse zone commerciale excentrée. Les communes voisines au Sud et au Nord veulent l’imiter dans l’erreur, au besoin en puisant dans des ressources foncières écologiquement douteuses.

Tout cela entraine une surconsommation de ressources fossiles qui heureusement trouveront leur fin mais dans l’attente : Que de pollutions ! Ce ne sont que des exemples : tout est prioritaire, car une politique écologique est un tout indissociable. »

L. Croizier :  » Pour nous, il y a deux dossiers prioritaires : D’abord, la lutte contre l’ensablement des chenaux et l’envasement des plages: La liaison avec le Bassin de la Leyre doit être mieux comprise et les chenaux doivent rejouer leur rôle. Ce qui suppose un dragage des principaux chenaux, une collecte et une décantation des vases. Je soutiendrai les actions de l’agence de l’eau ainsi que du SIBA, en lui donnant plus de moyens… Ensuite, l’eau potable et l’assainissement: Les pertes sur le réseau de distribution eau potable constituent un gâchis insupportable…/…Je veillerai donc à accélérer le renouvellement des réseaux venant après inventaire détaillé et élaboration de plans d’action (Loi Grenelle du 12 juillet 2010). Les réseaux d’assainissement sont-ils aux normes ? Je crains qu’en été, avec la surpopulation estivale, les capacités soient insuffisantes. D’autre part les rejets en mer ne me semblent plus une solution d’avenir, avec l’augmentation continue de population. Nous sommes donc pour la suppression à terme du Wharf et l’étude de solutions alternatives.

IB :  Quelle politique préconisez-vous pour répondre à la crise financière
européenne ?

C. Meynard : L’Alliance poursuit ses réflexions en ce qui concerne l’euro, la politique monétaire européenne et la dépendance de la France vis-à-vis de l’Europe et des banques. Les solutions préconisés par certains sont risquées mais l’attentisme l’est peut-être plus encore… et certains acharnements pro-système sont détestables !   

Mais en dehors existe une parade qui fait plus consensus à l’Alliance et qui constituerait déjà un secours pour les plus faibles et une sécurité pour l’activité des autres (cette « sécurité » n’est pas financière), à savoir l’existence de monnaies locales, type « système d’échange local » (SEL). Ces parachutes de l’activité sociale et des échanges doivent être aidés et promus de toute urgence. Le soutien aux SEL est inscrit dans notre programme.

 L. Croizier : Nous préconisons  une protection intelligente aux frontière…/… ainsi que l’instauration de la préférence nationale, en pensant en particulier à tous les chômeurs français. La situation actuelle résulte de l’introduction de l’euro comme monnaie unique (Et non monnaie commune)…/… Nous préconisons le retour au franc, pouvant être réalisé dans le cadre d’un retour à la monnaie commune qui permet une marge de fluctuation réaliste…/… et également de revenir au financement direct par la banque de France sans passer par les banques privées, à des taux faibles de 0% à 1% au lieu des 3% environ pour les taux à 10ans. Ce financement direct pourrait aussi se faire par la banque centrale européenne. Mais pas les eurobonds qui constituent une mutualisation de dettes et qui sont de nouveau un cache misère, encouragement (temporaire) à emprunter plus. Il faut enfin arrêter les gaspillages qui grèvent notre budget : fraudes au système de santé, coût de l’immigration.

 IB : Parmi les projets portés par les autres candidats sur le bassin d’Arcachon, quels sont ceux auxquels vous opposez-vous le plus ? Pourquoi ?

 C. Meynard : Pourquoi seulement « le Bassin »?  Méfiez-vous des élus clientélistes !  A l’alliance nous ne promettrons pas que l’on va raser gratis partout en même temps !
Sur le fond, tout ce qui va dans le sens d’une croissance, supposé remède universel à tous les maux, est forcément aberrant car le problème… c’est la croissance !
Il nous faut rester modeste et porter plutôt nos efforts vers plus de bien être partagé, partage avec tous les êtres et pas seulement celui des hommes entre eux. D’ailleurs ils y trouveront ainsi largement leur compte !

 L. Croizier : Sur le Parc Marin que nous considérons comme très important pour le Bassin d’Arcachon, je m’opposerai à la main mise d’idéologues qui ambitionnent de contrôler le conseil du Parc. Je veux parler en particulier d’EELV, écologistes auto proclamés, partisans d’une écologie punitive dont l’idéal est d’exclure l’homme. Ils ont déjà dévoilé quelques mesures : taxes et interdictions. Il faut que les activités professionnelles et de loisirs puissent avoir toute leur place sur le Bassin.

La suite, très bientôt…

IB

Comments

comments

Laisser un commentaire