Etiquette alimentation : Le lobbie agro-alimentaire la rend facultative

Il était une mauvaise foi(s) : Étiquetage nutritionnel. Une bonne idée sabotée…


26/03/17


Il est de bon ton de critiquer tout ce fait le gouvernement actuel qui vit ses dernières semaines mais force d’avouer que la Ministre de la santé, Marisol Touraine, avant de partir, a réussi à imposer le nouveau logo nutritionnel sur les produits alimentaires.  C’est à noter, d’autant que ce fut loin d’être facile. Elle a dû se battre contre le lobby de la grande distribution, contre l’avis négatif de son propre collègue de l’agriculture Stéphane Le Foll qui a jugé cet étiquetage trop stigmatisant et même contre l’Anses (l’Agence Nationale de Sécurité Sanitaire) qui prétend que la pertinence nutritionnelle n’est pas avérée. Après de nombreux atermoiement, des tests en magasin plébiscités par les consommateurs, ce fameux « Nutri-Score » devrait enfin voir le jour dès le mois d’avril.


etiquette produits5 couleurs pour le Nutri-Score

Ce Nutri Score sera apposé sur de nombreux produits alimentaires. Logo dont les cinq couleurs renseigneront le consommateur sur la valeur nutritionnelle du produit. Couleurs qui iront du vert au rouge et de la lettre A à E à l’image des étiquettes sur la consommation énergétique de nos appareils électriques. D’un simple coup d’œil, le consommateur se rendra compte que ce produit est plus ou moins bon pour la santé par ses calories, son sucre, son sel et ses matières grasses. Il sera beaucoup plus facile à déchiffrer que les inscriptions illisibles obligatoires sur les paquets. Sauf, et c’est curieux sur certains produits labélisés bio.

On devrait retrouver ce logo coloré sur des produits transformés comme les plats cuisinés, pizza, viennoiseries, pâtisserie, lasagnes, cassoulets, etc. Signalons qu’il existe déjà depuis longtemps sous des formes différentes à trois couleurs sur les produits alimentaires vendus au Royaume Unis.


30 % des Français en surpoids

Ce logo devrait aider les Français à manger plus sainement surtout quand on sait que 30 % des adultes sont en surpoids.  Hélas, cette bataille contre le surpoids n’est pas encore gagné car ce logo est seulement facultatif ! Pourquoi ?

A cause du puissant lobby de l’agro-alimentaire industriel au niveau européen qui s’est battu contre son obligation et qui a gagné. Ce qui ne manque pas de sel, si vous le permettez.  C’est surtout scandaleux. En effet, le lobby de l’agrobusiness craint que les couleurs qui virent du vert au rouge détournent les consommateurs de leurs produits et ont réussi à en convaincre les députés européens. Ce qui va diablement diminuer l’impact du Nutri-Score. Seuls les industriels qui le souhaitent pourront l’apposer sur leur packaging. On imagine que ça va fonctionner comme le site Bloctel totalement inefficace qui devait arrêter les démarches téléphoniques intempestives mais dont l’adhésion n’est pas obligatoire aux démarcheurs rarement poursuivis.


Mini-bols. Maxi enfumage…

Pour allumer un contre-feu contre ce logo, l’agro-alimentaire vient d’inventer son propre étiquetage simplifié, qui sera, on s’en doute moins stigmatisant et moins visible que le Nutri-Score.

etiquette choixDes grands groupes industriels alimentaires comme Coca Cola, Mars, Nestlé et d’autres ont décidé de reprendre l’esprit du code couleur simplifié (3 couleurs) par portion et non plus par 100 grammes afin de fausser le jugement du consommateur. Astuce qui permet de redescendre dans la hiérarchie des couleurs comme des associations de consommateurs l’ont démontré.  Malin.

 Mais qu’est ce qu’une portion ? Comment détermine-t-on sa quantité et son volume par rapport à son appétit ? Ce sera évidemment dans le même esprit que les fabricants de céréales qui indiquent les quantités de nutriments par 30 grammes aidé par le dessin d’un bol rempli jusqu’au raz de céréales qui donne l’illusion au consommateur que c’est son bol de céréales.


Las, comme j’ai pu le vérifier, lorsqu’on rempli un vrai bol standard de céréales, on est plus proche de 90 grammes. Soit trois fois plus que la dose indiquée à coté du joli bol bien rempli dessiné sur les paquets ! Pour mieux tromper le consommateur, les industriels des produits céréaliers ont inventé des mini bols à peine plus grands que des tasses à café qui n’existent pas dans la réalité !

A nous de faire pression auprès de notre député européen pour que ce logo nutritionnel devienne obligatoire, il y va de notre santé. Après, il faudra éduquer les consommateurs….



patrice verges retaillé


Patrice Vergès

Journaliste, romancier (page FB ici)


Pour recevoir par e-mail tous les articles d'InfoBassin...

C’est gratuit


Comments

comments