Qui a armé Dieu ? Charlie, un an après la barbarie …

6/1/16


Charlie envoie un message au(x) gouvernement(s) : Un an après la tuerie, l’assassin court encore … 


une charlie 6 1 16Bien sûr, le dessin attire l’œil. C’est fait pour. Un journal satirique, provocateur qui traite l’info par la caricature… c’est du Charlie pur jus. Ni plus, ni moins qu’avant. N’eut-ce été l’horrible épisode et l’émotion suscitée voici un an, personne n’en aurait parlé, ou presque. D’autres dessins autrement plus corrosifs ont été publiés en Une.

Oui mais voilà, les Je suis Charlie étaient ambigus, pluriels. Trop de violence, un acte incompréhensible, ici, en France. Je suis Charlie parce que des victimes ont été lâchement abattues ou parce qu’on a voulu faire taire la liberté d’expression ?


Le vent tourne

Ici et là, nous avons entendu les premiers commentaires à la vue de la Une de ce matin, diffusée en avance.

-« Quand même, ils exagèrent, pourquoi ont-ils besoin de remettre ça, à Charlie ? »

« Et pourquoi pas ? Après tout, les attentats continuent, non ? Qu’est ce qui a changé, depuis ? Les assassins courent toujours »


Un vieillard fou et apeuré armé d’un fusil d’assault

Au premier abord, dans le dessin de Riss, on aperçoit un vieillard barbu en sandales au regard apeuré, teinté de folie. Sa toge blanche, symbole de pureté (en occident), est tachée de sang. Et puis l’on voit au dessus de sa tête, en guise d’auréole, un triangle contenant un œil au milieu. Représentation au choix, de la sainte trinité (Père, fils, St Esprit, version croyant) ou comme au-dessus de la déclaration des droits de l’homme de 1789, de la raison (œil) mais aussi de l’égalité entre les hommes (triangle).


Qui a armé Dieu ?

C’est la question que pose Charlie en couverture de sa dernière publication.

dieu est humourCe sont les hommes. Et ce n’est pas nouveau. Comme pour le chrétiens, persécutés sous l’empire romain. La nuit de la Saint Barthélémy, n’était pas non plus une fête géante dans une île à fric des Caraïbes.

Protestants, catholiques, juifs, musulmans…. Sous toutes les latitudes, quelles que soient les époques, les hommes ont tué et continuent à tuer au nom d’un dieu.

Charlie est dans un combat. Pour rappeler qu’en France, si la laïcité permet et garantit le libre exercice de tous les cultes, elle garantit aussi le droit de ne pas croire en un Dieu.

Et dans notre pays, le blasphème (se moquer du sacré) n’existe plus en tant que délit depuis le 19e siècle.

Les dessinateurs ont droit à la caricature aussi bien politique que religieuse.

Certains croyants saisissent la justice lorsque leurs convictions les plus profondes, en général religieuses, sont moquées ou tournées en dérision. Or, le législateur, volontairement, n’a pas voulu permettre qu’en poursuivant ce raisonnement, les idées ou les convictions, politiques ou religieuses ne puissent plus être critiquées.

La loi de 1905 assure clairement la séparation des sphères privée (Eglise) et publique (l’Etat). Et le droit de blasphème est donc aussi normal que celui de se moquer … du Père Noël, ou des lutins de la forêt.


Presse .. citron

Notre confrère le Canard enchainé répète sous son titre tous les mercredis : « La liberté de la Presse ne s’use que si l’on ne s’en sert pas ».

Si les medias ont pour mission d’informer, ils peuvent aussi proposer matière à réflexion à leur lecteurs, quelle que soit la forme employée pour cela : texte, dessin, caricature, photo, vidéo.

Evidemment, on sera souvent plus près du Presse-citron que de la brosse à reluire.

André Malraux disait « Le 21e siècle sera religieux ou il ne sera pas ». Cette prophétie prend aujourd’hui un autre sens.

Pour Charlie, la liberté d’expression s’exprime dans l’action, avec des mots, des plumes, des images, des dessins. Elle reste toujours à défendre. Mais jamais avec des balles. C’est ce qui fait toute la différence … entre la civilisation et la barbarie.


Michel Lenoir


Pour recevoir par e-mail tous les articles d'InfoBassin...

C’est gratuit. Rejoignez-nous aussi sur Facebook


Comments

comments

4 comments on “Qui a armé Dieu ? Charlie, un an après la barbarie …
  1. Bonjour. Un journaliste, et vous donc en particulier, a aussi le « droit »d’écrire en ne respectant pas l’orthographe selon les « règles » de l’art …
    Pourtant ..n’est-ce pas mieux un texte sans faute…objectivement et ..subjectivement finalement ? Alors relisez vous et merci de votre attention et donc respect.

  2. Merci mais êtes vous d’accord que c’est à méditer entre le fond et la forme de vos textes, vos droits et devoirs et le respect de vos lecteurs en général. Je demande en particulier à Mme Wolinski: de l’humour svp… le marbrier a écorché votre nom avec son seul outil ..comme votre mari sur ses dessins avec son crayon.. AVEC humour devions nous comprendre.

Laisser un commentaire