Le Cap Ferret lance l’irréversible stationnement payant …

07/06/15

Le Coup de plume (taxé) du dimanche : Derniers jours comme avant, avant que ça change …


terrasse l escaleUn long serpent de verre et de tôles bigarrées ondule par à coups, lentement, sur le bitume chaud de la Presqu’Ile.

Dans une Porsche décapotée, un vieux beau au col de polo relevé s’impatiente en tapotant sur son volant. La blonde platine siliconée assise à ses cotés gesticule en riant, son téléphone à l’oreille.

Sur le bord de la chaussée, une Méhari orange fatiguée, rafraîchie à peu de frais, affiche un panneau AV comme une vieille prostituée en attente de son prochain pigeon.

L’été reprend ses quartiers au Cap Ferret comme sur le reste du Bassin. Au bord de l’eau, les terrasses affichent presque complet.


Scènes vues, sur un trottoir

Le tryptique Tshirt-Short-Tongs refleurit sur les trottoirs traînant dans son sillage des effluves de crème à bronzer et de gaufre chantilly. L’étage en dessous, tenant la main de papa, des mômes cassés par la chaleur trimballent sans conviction leur nouveau seau en plastique. La pelle et le râteau ont déjà disparu dans une vaguelette, maman n’était pas contente, elle a fait les gros yeux.


Stationnement payant pour les attelages : A vos portes-monnaie, M’ssieurs dames

Pourtant cette année, comme une lame de fond partie de loin, la vie de la Presqu’Ile va changer. Le conseil municipal a voté lundi dernier comme un seul homme le premier stationnement payant de la ville pour la période du 15 juin au 15 septembre, pour les attelages de remorque à bateaux ou autres engins de mer. Pourquoi ? Pour rendre plus fluide la circulation aux abords des cales de mises à l’eau de La Vigne et Grand Piquey. Combien ? Moyennant 13 € max la journée, entre 8h et 19h. Pas de stationnement autorisé de plus de 24 heures. Les résidents auront droit à une carte d’abonnement.


Après le test du péage à l’entrée de la Presqu’Ile…

Nous y voilà donc. Le ver est dans le fruit. Jusque-là épargnées, les communes du Bassin aux finances vacillantes vont-elles peu à peu succomber pour renflouer leurs caisses ?

Michel Sammarcelli, le maire, en vieux routier de la chose publique avait lancé un ballon sonde pour tester l’opinion avec l’idée d’un péage à l’entrée de la Presqu’Ile pour les non-résidents (voir notre article) . « Il faut, disait-il, donner à la commune les moyens de financer l’entretien du trait de cote. »

L’affaire avait fait grand bruit mais était parfaitement illégale puisqu’incompatible avec les textes européens sur la libre circulation des personnes, et le Président du SIBA le savait parfaitement. Mais il avait atteint son objectif dans un coup à trois bandes : Faire germer l’idée de rentabiliser la venue des non-résidents en été. Et aussi, même si le sujet est tabou, dissuader le tourisme de masse.


Le paradoxe des stations balnéaires

Car les Ferret-Capiens vivent ce paradoxe désormais bien connu des stations balnéaires : la venue des touristes est nécessaire pour booster l’économie locale, mais pas trop quand même, et de préférence avec un porte-feuilles bien rempli.

Hier par exemple, aux regards courroucés des passants sur le trottoir de l’Herbe, il semblait clair que les quatre kékés torses nus dans une Renault déglinguée, fumant, bières à la main, en se déhanchant au son hurleur d’un rap boum-boum, étaient volontiers invités à aller vivre ailleurs leur amour pour cette musique sympathique, certes, mais apparemment incongrue en ces lieux.

Le Bassin pour tous, oui, mais en face de préférence, loin de cet endroit tranquille où les mélomanes avertis se délectent des notes délicates du Cap Ferret Music Festival comme un gourmet d’une douceur sucrée.


Les temps changent

pecheur coucher de soleil

photo TB-Pict.com

Les temps changent, et le tempo s’accélère.

Arcachon a depuis belle lurette planté ses bandits manchots au centre ville.

Lacanau  s’est mise aussi sur la même longueur d’ondes.

Alors on va finir par regretter ce bon vieux disque bleu, d’un temps où l’automobiliste n’était pas encore considéré comme une vache à lait.

En quelques mois, plus le droit de dormir au banc d’Arguin ou sur l’Ile, stationnement d’attelage désormais payant aux cales à bateaux, et des coquillages interdits à la pêche et la consommation de plus en plus fréquemment, car non comestibles.

L’esprit Bassin prend de drôles de formes …

Bon dimanche !


Michel Lenoir


 

Pour recevoir par e-mail tous les articles d'InfoBassin...


Comments

comments

One comment on “Le Cap Ferret lance l’irréversible stationnement payant …

Laisser un commentaire