Aide contre la violence faite aux femmes…

Journée internationale contre la violence faite aux femmes


24/11/19


violence faite aux femmes 2019Qu’une femme soit violentée, harcelée ou mutilée n’est pas acceptable. Jamais. Quelle qu’en soit la raison. Sur le Bassin comme ailleurs, cela arrive. Parce qu’elles sont plus faibles physiquement qu’un homme ou parce qu’elles sont dépendantes, les femmes payent un lourd tribut à la violence, au sein de la famille. Et à l’extérieur aussi.


S’en prendre à une personne faible, c’est si facile…

Vous avez une boule en ventre quand il va prendre votre téléphone ? Il dénigre ou vous empêche de voir vos amis ? Vous isole ? Vous méprise ? Vous insulte ? Les violences commencent par là… Mais vous pouvez être aider pour prendre votre destin en mains.


Où trouver de l’aide sur le Bassin

L’action des associations est encore et toujours nécessaire

-L’association  Femmes Solidaire (voir leur site ici) défend les valeurs fondamentales de laïcité, de mixité, d’égalité pour les droits des femmes, de paix et de liberté. Sur le bassin d’Arcachon, l’antenne locale aide les femmes en difficulté, en collaboration avec les organismes institutionnels (femmes battues obligées de quitter le domicile, femmes au chômage dormant dans sa voiture, aide administrative pour la présentation de dossiers).

violence faite aux femmes 2019 2Contact : femmessolidaires33260@gmail.com ou 0557153699 ou 0781506644 ou tous les jeudis de 14h à 15h sur rendez vous, de 15h à17h sans rendez vous à La Teste de Buch, Stade Jean de Grailly (sur un GPS, entrer Impasse du stade).



-L’association Solidarité Femmes Bassin prend aussi en charge les femmes qui subissent les violences conjugales et intra-familiales. En 2018, son activité s’est accrue de 40%, pour 2 raisons : Les victimes parlent plus facilement mais surtout les violences perdurent. Contact : Espace Flora Tristan, 2 Avenue de Bas Vallon, 33980 Audenge du mardi au vendredi, de 9h à 18h, et sur rendez-vous au plus proche de chez vous : Nord Bassin, Sud Bassin et Val de Leyre Contact : 06.89.61.49.10 ou 05.57.17.55.62 ;  Voir aussi le site internet ici ou sur solidaritefemmesbassin.com .



Et aussi

-un numéro de téléphone, le 3919, permet de passer des appels anonymes et gratuits depuis un telephone fixe, mobile ou même bloqué (Violences Femmes Info). Du lundi au vendredi de 9h à 22h et les week-end de 9h à 18h.


Signalement-violences-sexuelles-sexistes.gouv.fr, service gratuit et sans obligation de déclarer son identité qui permet à toutes les victimes d’entrer en contact avec des personnels spécialisés pour les accompagner vers le dépôt d’une plainte ou de les orienter vers les partenaires du ministère de l’Intérieur pour faciliter leur accompagnement et prise en charge


-Le Prado Association Laïque, 143-145 Cours Gambetta, B.P. 89, 33400 TALENCE Cedex. Contact : 05.56.48.65.64 ou sav_prado33@hotmail.fr

-A.U..A. (Centre d’Accueil en Urgence de Victimes d’Agression), Groupe Hospitalier Pellegrin; Place Amélie Raba Léon, 33076 BORDEAUX Cedex. Contact : 05.56.79.56.79


-Tribunal de Grande Instance de Bordeaux, 30 Rue des Frères Bonie, 33000 BORDEAUX.  Contact : 05.47.33.95.68


-Vict’Aid, Association Saint François Xavier Don Bosco, 63 Cours Georges Clémenceau, 33000 Bordeaux. Contact : 05.56.01.28.69 ou aid@wanadoo.fr ; et Point d’Accès au Droit, Passage de la Traine, 33260 La Teste ; pour un accompagnement juridique et psychologique ;  contact : 05.56.15.80.20



D’autres infos auprès de

– Centre d’Information sur les Droits des Femmes et des Familles, permanences COBAS, Point d’Accès au Droit, Passage de la Traine, 33260 La Teste ; Deux lundis par mois, sur rendez-vous au 0556443030. CIDFF,13 rue Thiac, 33000 Bordeaux – Contact : 05.56.44.30.30 ; Du Lundi à vendredi de 9h à 13h et de 14h à 17h, le mardi de 9h à 13h et de 14h à 19h

-Maison du Département des Solidarités, Pôle territorial de solidarité du bassin, 1 rue Transversale, 33138 Lanton. Contact : 05.57.76.22.10 ; solidarite-bassin@gironde.frDu lundi au vendredi de 8h30 à 12h30 et de 13h30 à17h15 (16h15 le vendredi)

-Maison du Département des Solidarités, 102 Avenue de Bordeaux, 33470 Le Teich
Contact : 05.57.52.55.40 ; mdsi-leteich@gironde.fr ; Du lundi au vendredi de 8h30 à 12h30 et de 13h30 à 17h15 (16h15 le vendredi)



Quelques chiffres


Violences au sein du couple

En moyenne, le nombre de femmes âgées de 18 à 75 ans qui au cours d’une année sont victimes de violences physique et/ou sexuelles commises par leur ancien ou actuel partenaire intime, est estimé à 219 000 femmes. L’auteur de ces violences est le mari, concubin, pacsé, petit-ami ; ancien ou actuel ; cohabitant ou non.
3 femmes victimes sur 4 déclarent avoir subi des faits répétés
8 femmes victimes sur 10 déclarent avoir également été soumises à des atteintes psychologiques ou des agressions verbales
La répartition de ces violences en fonction de leur nature est la suivante :


Effectifs et taux de femmes victimes de violences physiques et/ou sexuelles de la part de leur conjoint ou ex-conjoint au cours d’une année

Nb moyen de femmes victimes sur un an % de la population tot.
Victimes de violences physiques et/ou sexuelles de la part du conjoint 219 000 1,0
dont victimes de violences uniquement physiques 154 000 0,7
dont victimes de violences uniquement sexuelles 32 000 0,1
dont victimes de violences physiques et sexuelles 33 000 0,3

Champ : Femmes âgées de 18 à 75 ans, vivant en ménage ordinaire en Métropole. Source : enquête « Cadre de vie et sécurité » 2012-2018 – INSEE-ONDRP. Ces chiffres sont des moyennes obtenues à partir des résultats des enquêtes de 2012 à 2018.

Parmi ces femmes victimes, 19 % déclarent avoir déposé une plainte en gendarmerie ou en commissariat de police suite à ces violences.

Ce chiffre ne couvre pas l’ensemble des violences au sein du couple puisqu’il ne rend pas compte des violences verbales, psychologiques, économiques ou administratives.


violence faite aux femmes 2019 3En 2017, 130 femmes ont été tués par leur partenaire ou ex-partenaire intime « officiel » (conjoint, concubin, pacsé ou « ex ») ou non officiel (petits-amis, amants, relations épisodiques…).
21 hommes ont été tués par leur partenaire ou ex-partenaire intime.
25 enfants mineurs sont décédés, tués par un de leurs parents dans un contexte de violences au sein du couple.


86% des victimes sont des femmes. Sur les 109 femmes tuées par leur conjoint officiel, au moins 51, soit 47%, étaient victimes de violences antérieures de la part de ce compagnon. Sur les 16 femmes ayant tué leur conjoint, au moins 11, soit 69%, étaient victimes de violences au sein du couple. (Source : « Etude nationale sur les morts violentes au sein du couple. Année 2017 », ministère de l’Intérieur, délégation aux victimes.)



Violences sexuelles

En moyenne, le nombre de femmes âgées de 18 à 75 ans qui au cours d’une année sont victimes de viols et de tentatives de viol est estimé à 94 000 femmes. De la même manière que pour les chiffres des violences au sein du couple présentés ci-dessus, il s’agit d’une estimation minimale.
Dans 91% des cas, ces agressions ont été perpétrées par une personne connue de la victime. Dans 47 % des cas, c’est le conjoint ou l’ex-conjoint qui est l’auteur des faits.

Les liens entre la victime et l’agresseur

%
 l’auteur est inconnu 9
 l’auteur est connu mais n’est pas le conjoint ou l’ex-conjoint 44
 l’auteur est le conjoint ou l’ex-conjoint 47

Champ : Femmes âgées de 18 à 75 ans, vivant en ménage ordinaire en Métropole. Source : enquête « Cadre de vie et sécurité » 2012-2018 – INSEE-ONDRP. Ces chiffres sont des moyennes obtenues à partir des résultats des enquêtes 2012 à 2018


Suite aux viols ou tentatives de viol qu’elles ont subis, seules 12 % des victimes ont porté plainte (qu’elles l’aient ensuite maintenue ou retirée).

En 2016, l’enquête « Violences et rapports de genre » (VIRAGE) menée par l’INED, a permis de mesurer le nombre de personnes ayant subi des violence sexuelles (viols, tentatives de viol, attouchements du sexe, des seins ou des fesses, baisers imposés par la force, pelotage) au cours de leur vie. Ces violences ont concerné 14,5 % des femmes et 3,9 % des hommes âgés de 20 à 69 ans.

Source : enquête « VIRAGE », INED, 2016.



Mutilations sexuelles feminines

La France comptait en 2004, environ 53 000 femmes adultes qui auraient subi des mutilations sexuelles (hypothèse moyenne). Neuf victimes sur dix ont été excisées avant l’âge de 10 ans, essentiellement pour des raisons liées à la tradition. (Source : Andro A. et Lesclingand M., Les mutilations sexuelles féminines, in Population & siciétés, n°438, INED, octobre 2007, Chiffres clés 2012, l’égalité entre les femmes et les hommes.)


Pour plus d’information sur les mutilations sexuelles féminines en France et dans le monde :
La Lettre de l’Observatoire n°11, « Mutilations sexuelles féminines : mesurer l’ampleur du phénomène en France et dans le monde, lutter pour l’abandon de la pratique, prendre en charge les femmes victimes », novembre 2017


Sur tous ces sujets, pour aller plus loin, voir aussi La lettre de l’Observatoire national des violences faites aux femmes.

Pour celles qui le peuvent, différents clubs proposent des arts martiaux ou sports de défense efficaces, dans les villes du Bassin.

Par ailleurs, une loi sur le sujet devrait voir le jour prochainement.


A suivre…


Michel Lenoir

Sources Secrétariat d’Etat en charge de l’égalité entre les femmes et les hommes et de la lutte contre la discrimination et Sophie Panonacle, députée du bassin d’Arcachon


Pour recevoir par e-mail tous les articles d'InfoBassin...

C’est gratuit


 

Comments

comments

Laisser un commentaire