La sauvagerie, sous nos yeux, sur le Bassin…

Cygnes décapités, jeune passé à tabac : Le bassin n’est pas toujours un havre de paix…


12/08/16


cygnes 2 AndernosA InfoBassin, nous n’avons pas coutume de traiter les « faits divers ». Sauf quand la sauvagerie est là, devant nos yeux.


Arès / Andernos

Des Cygnes décapités sur le Bassin

Depuis un moment, on peut assister à de grand rassemblement de cygnes devant la plage de St Brice, entre Andernos et Arès.

Ils aiment venir dans les eaux saumâtres, à la sortie du Cirès.

Un joli spectacle. Mais qui a dû déplaire à un déséquilibré mental, ou attirer un ou plusieurs chiens, dans la nuit.

cygne decapite

(Photo C. Viala)


Cette semaine, en naviguant devant le club nautique d’Andernos, des jeunes ont trouvé trois cygnes décapités, sur l’eau. D’autres auraient été retrouvés sur le sud Bassin, également…

L’Office national de la chasse et de la faune a été prevenu. Ils sont à même d’enquêter et de verbaliser.

La typologie des blessures pourra peut-être indiquer s’il s’agit de malveillance humaine ou d’un agression animale, … ou les deux.


La Teste / Pyla


Un jeune violemment passé à tabac

Dans la nuit de mercredi 27 juillet, à 4h30, Jean, 20 ans, quitte un établissement de nuit au Pyla, accompagné de quelques amis. Ils s’assoient sur un banc de l’autre côté de la route pylataise pour grignoter. Son père raconte :  « Jean et ses amis blaguent et parlent fort. Il est alors approché par un jeune homme qui lui dit “J’aime pas tes blagues”. Mon fils s’excuse, en prenant son interlocuteur par l’épaule, de façon un peu maladroite. L’épisode s’arrête là et Jean s’apprête alors à rentrer à la maison. »


Un scenario prémédité, avec le désir de blesser

En voulant reprendre son vélo de l’autre côté de la voie, Jean, accompagné de deux amies, est alors violemment pris à partie par ce même gars. Il est là accompagné de trois autres jeunes, bien connus de l’établissement et à Arcachon. Parmi eux, un champion de boxe thaï. Pour une raison que l’enquête déterminera, notre champion de boxe décroche un violent coup de poing sur la tempe de Jean, qui tombe KO direct. Jean, malgré son 1,92m, ne s’est jamais battu. Il est étudiant en médecine.

Les trois copains du boxeur arrivent et s’acharnent sur le garçon allongé au sol, inconscient. Suzanne, l’amie de Jean, essaye d’intervenir, mais elle est, à son tour, molestée. Ces jeunes qui font tous partie d’un club de surf et de la jeunesse dorée locale, frapperont à coup de pied et ne viseront que la tête. Aucun hématome ne sera en effet relevé sur le corps.

Le père poursuit sa description des faits : « Heureusement qu’un videur de l’établissement de nuit voisin a pu s’interposer pour le protéger d’une issue beaucoup plus dramatique. D’ailleurs, lorsque je suis arrivé quelques minutes plus tard – prévenu par une amie de mon fils – le videur me l’a assuré : “Si je ne les avais pas séparés, ils l’auraient achevé.”


Suzanne avoue son incompréhension : « Je n’étais pas assise à côté de lui lorsque son agresseur est venu lui parler, mais je sais que Jean n’a pas élevé la voix. Quant aux insultes qui ont été évoquées, je suis persuadé qu’il ne les a pas prononcées. Ce ne lui ressemble pas du tout », assure-t-elle. « L’agression était extrêmement violente, Jean était inanimé, en position fœtale, pour se protéger de tous les coups.»


Un scanner édifiant

agression jean arcachon

Le scanner du crane après l’agression. On voit, au centre, l’enfoncement au niveau du front, de la taille d’une boule de pétanque

Jean a été emmené au CHU de Bordeaux, et pris en charge par la Cellule d’accueil d’urgences des victimes d’agressions, avant d’être opéré au centre chirurgical “François-Xavier Michelet“ de Bordeaux. La violence de l’agression implique une Interruption Temporaire de Travail de 30 jours. Sur le scanner réalisé après l’agression, les multiples coups portés à la tête et au visage ont laissé des traces, avec un enfoncement très net sur le front au-dessus de l’œil droit.

Le garçon a dû subir une lourde opération avec la pose de trois plaques en titane, vissées dans l’os, sous la peau. Outre les blessures physiques, le garçon a été psychologiquement très choqué, et sa famille aussi. Sa reconstruction sera longue et difficile.


L’enquête suit son cours

Une enquête menée par le commissariat d’Arcachon, très discret sur cette affaire, est en cours, et le dossier est transmis au parquet. Les circonstances exactes de l’altercation sont encore à préciser, mais les protagonistes sont connus. Et ils risquent une condamnation pénale et la prison…


Michel Lenoir


Pour recevoir par e-mail tous les articles d'InfoBassin...

C’est gratuit


Comments

comments