Impact de la Ferme-usine de porcs sur le Bassin (suite) : Ca continuera comme avant…

Élevage porcin à Saint-Symphorien : exploitation autorisé sans augmentation d’effectif


20/09/16


Le projet d’extension de l’élevage porcin de la SAS Le Lay à Saint-Symphorien avait soulevé un tollé de protestations, jusqu’à faire l’unanimité au Par marin du bassin d’Arcachon qui avait donné un avis défavorable et au Conseil départemental qui avait demandé son annulation.


Pourquoi des réactions hostiles à ce projet ?

Pour comprendre toute l’histoire, nous vous invitons à lire notre article du 16 mars dernier, très argumenté, avec des documents inédits sur ce projet (plans, quantité de lisier déversé etc…) « Dans le cochon, tout est bon (sauf le lisier, ses nitrates et son azote)… (voir ici) »

(Voir notre article du 18/06 sur les réactions au projet, là )


L’attitude gênée de la Préfecture

porcherie extension refusee

Le projet d’extension finalement refusé

Le Bassin d’Arcachon est directement concerné par la pollution des nitrates et autres produits issus de l’épandage du lisier de cette exploitation gigantesque, puisque tout cela nous parvient par ruissellement des eaux pluviales et des nappes souterraines.

La SAS Le Lay, détenue à 70 % par la coopérative porcine Fipso, comprend moins de 9 salariés pour un chiffre d’affaires déclaré en 2014 de … 3.120.400 €.

L’autorisation de l’extension par la Préfecture était sous la pression de cette puissante entreprise. Et pris entre les deux feux environnemental et politique d’une part et économique d’autre part, le Préfét Dartout avait un peu de mal à se décider, mais avait annoncé en juin dernier qu’il n’autoriserait pas l’extension en dépit des intérêts du projet.

Il a désormais tranché : l’élevage industriel pourra continuer avec le même nombre d’animaux qu’en 2005.


Une décision de statut quo

Prenant acte de la position du préfet, la SAS Le Lay a déposé mi-juillet un nouveau dossier ne comprenant aucune augmentation de l’élevage. Ce nouveau dossier, présenté au conseil départemental de l’environnement et des risques sanitaires et technologiques (CODERST) du 15 septembre a fait l’objet d’un vote favorable par 14 voix pour et deux abstentions.

Par conséquent, le préfet a signé le 20 septembre l’arrêté autorisant la SAS Le Lay à continuer d’exploiter, sur la commune de Saint-Symphorien, un élevage de porcs comprenant le même nombre d’animaux qu’en 2005 et sans autorisation d’extension.


L’exploitation devra se faire dans le respect des prescriptions qui garantissent le renforcement de l’encadrement et la surveillance de l’exploitation, suivantes :

  • -la répartition des effectifs par catégorie d’animaux (plus de truies et moins de porcs à l’engrais) pour une meilleure organisation du travail de l’exploitant,
  • -l’extension du plan d’épandage (augmentation des superficies et diminution de la quantité d’effluents à épandre, une partie des effluents étant transformés en compost normé) conduisant à une diminution de la pression azotée à l’hectare,
  • -la mise en place d’un dispositif de surveillance renforcée de la qualité de la nappe d’accompagnement superficielle pour mieux connaître et si nécessaire aménager les pratiques de l’élevage,
  • -la mise en place d’une instance de suivi du site pour une complète transparence des résultats des actions menées.

Et après ?

Pour la Préfecture : « Ces prescriptions sont de nature à garantir, dans la région Aquitaine-Limousin-Poitou-Charentes, le maintien d’une filière d’élevage dynamique et respectueuse des contraintes environnementales. »

Pas sûr que ce soit l’avis des habitants du Bassin et professionnels de la mer, conchyliculteurs et pécheurs, qui voient les zostères mourir peu à peu et la vase gagner chaque jour davantage en volume et en viscosité sous l’effet de la pollution agricole (mais pas que…).


michel L OK3Michel Lenoir

Pour recevoir par e-mail tous les articles d'InfoBassin...

C’est gratuit


Comments

comments