Vendée-Globe 2016 : Vendée nous du rêve…

Départ de 29 marins à l’assaut des vagues pour un tour du monde de 10 à 13 semaines… (Photos C.Viala)


Vous avez pu suivre le départ de cette magnifique course sur notre site TvBassin.com en direct grâce aux équipes de Vendee-Globe TV, puis au petit film de notre correspondant Clément Viala sur un bateau accompagnateur.

Aux dernières nouvelles cette nuit, six IMOCA à foils au sept premières places : le pointage de 18h est sans appel. Armel le Cléac’h a pris les commandes, accompagné de Jean-Pierre Dick et Alex Thomson. (voir la copie écran vendeeglobe.org ci dessus). Mais la course est longue sur ce tour du monde de 24 400 milles.

A. Boissières alias Cali (Mie caline/ Bateau jaune) est 18e (voir ci-dessous)

vg-carto-lundi-8h

Dans un flux de secteur Nord de 15 à 20 nœuds, les leaders devraient donc être déjà au large des côtes espagnoles ce lundi matin avant de mettre le cap pour descendre très rapidement vers le tropique du Cancer…

Si vous êtes passionnés, vous pourrez suivre la progression et le classement des skippers sur une cartographie, ici

Alors, petit retour en arrière au moment du départ, et de très belles photos en exclusivité pour vous, lecteurs d’InfoBassin…


Michel Lenoir



Le village se prépare…

vendee-globe-cv-1Samedi 5 novembre, aux Sables d’Olonnes dans le Village du VG.

Des passionnés du monde entier sont là pour assister à ce gigantesque événement et les dispositifs de sécurité mis en place sont sérieux mais cordiaux.

En repérage, nous découvrons un pavillon totalement dédié à l’IMOCA (bateau sur lequel tous les skippers s’apprêtent à naviguer) et à l’environnement nautique. Ce géant des mers séduit ceux qui l’approchent, indéniablement.

De l’autre côté, nous entendons les discussions de passionnés et de curieux qui parient sur un potentiel nouveau record autour des stands partenaires.

La nuit tombe et les 29 IMOCA qui vont partir demain sont à quai. Les équipages s’affairent encore pour finir de préparer chaque bateau et placent les caméras afin que les spectateurs puissent suivre les concurrents pendant leur tour du monde qui devrait durer entre 70 jours et 3 mois. La concentration se lit sur les visages de certains, il reste moins de 24 heures avant le grand départ.


Le Départ

Dimanche 6 novembre : A l’abordage.

Il est 7 heures lorsque le Village ouvre ses portes. Chaque équipe technique prépare la grande voile et commence à la hisser afin de s’assurer qu’il n’y aura pas de problème pour le départ.

Le temps est frais mais dégagé et le vent se lève : des conditions favorables semblent s’installer pour nos skippers. Il est bientôt 9 heures et presque tous sont aux côtés de leur bateau. L’OGIA, bateau de promenade vendéen plutôt rapide (20 noeuds, soit environ 40 km/h) nous embarque afin d’assister au départ des 29 navigateurs.

Chaque IMOCA quitte le port Olona et passe par le chenal. Une foule impressionnante de 350.000 spectateurs massés le long des digues les y attend et les encourage à l’aide de banderoles, de vuvuzelas et de cris chaleureux. L’ambiance est festive et chargée d’émotion. Nous quittons le port pour rejoindre au large les participants.


Sortie du port

vg-dep-nb-fouleLes skippers sont encore avec leurs équipes, affairés à leurs derniers réglages et testent les voilures afin de choisir celles qui seront les plus adéquates pour faire un bon démarrage.

L’un des bizuths de cette édition, Kojiro SHIRAISHI (premier navigateur japonais à courir le Vendée Globe) tire des bords près de nous pour nous montrer la puissance de son IMOCA.

Il est bientôt l’heure, 4 minutes avant le top départ, les équipages quittent le navigateur. Il est désormais seul pour plusieurs semaines. 3, 2, 1, partez ! Albert de Monaco déclare la compétition ouverte à 13h02.

Tous s’élancent mais deux marins mordent la ligne et vont la repasser à nouveau.

Les écarts se creusent entre les compétiteurs et nous les suivons sur plus de 12 miles nautiques.

Didac Costa doit faire demi tour. Il a décelé une voie d’eau et un problème électrique à bord de son IMOCA One Planet One Ocean. Son équipe montée à bord diagnostique un tuyau de ballast qui s’est arraché. Il ne sait pas encore dans quel délai il pourra repartir…


Le bateau tangue en raison d’une légère houle et du fort clapot provoqué par le millier de bateaux suiveurs. Avec cette incroyable armada, il n’est pas simple de rester sur ces deux pieds.

Les navigateurs s’éloignent de plus en plus, il est temps pour nous de rentrer à terre.

Le Vendée Globe est maintenant lancé, il faudra attendre quelques heures pour avoir des nouvelles de nos marins.


Si vous avez l’occasion, allez assister aux premières arrivées prévues en janvier. Le spectacle en vaut la peine. Sinon rendez-vous dans 4 ans. Bon vent !


vg-cv-par-slPhotos et texte : Clément Viala et Sarah Leilloux


vg-cali-seul



vg-comme-un-seul-homme vg-hugo-boss-nb vg-helicos vg-arriere-matmut vg-bateau-pousse vg-rotschild vg-bateau-plonge  vg-voiliers-groupe


 




Pour recevoir par e-mail tous les articles d'InfoBassin...

C’est gratuit


Comments

comments