Les vedettes oubliées du Bassin (Ep. 1 : Annabela)

14/05/17


Quand les stars venaient (déjà) sur le Bassin d’Arcachon…  Aujourd’hui : ANNABELA.


Nous démarrons aujourd’hui une nouvelle série consacrée à l’histoire des stars d’autrefois, qui sont venues sur le Bassin. Patrice Vergès,  journaliste, ancien critique de cinéma, nous propose ses rencontres et ses souvenirs.

Michel Lenoir



verges annabela

Annabella en 1938 dans le film Suez

Si je vous dis acteurs de cinéma et Bassin d’Arcachon, vous me répondrez immédiatement Guillaume Canet ou Marion Cotillard voire pour les plus anciens, Lino Ventura adepte du Cap-Ferret dans les sixties.

Pourtant d’autres acteurs de théâtre et de cinéma du passé ont fréquenté régulièrement le Bassin. Soit parce qu’ils y avaient acheté une résidence secondaire ou appréciaient les charmes de notre région en vacances ou simplement y étaient nés comme Michèle Alfa.


Commençons aujourd’hui cette saga avec Annabella qui habita le Pyla.

Annabella (1907/1996) de son vrai nom Suzanne Charpentier fut une importante vedette du cinéma des années 30/50 avec environ 40 films à son actif.

Comme Marion Cotillard, elle fut l’une des rares actrices française à réussir aux USA où elle tourna de nombreux films notamment « Suez » ou « 13 rue Madeleine ».


verges affiche suezEn France, elle fut la jeune première de la « Bandera » et surtout « Hôtel du Nord » et « le Million » de René Clair. En 1934, elle fit construire pas très loin de la plage une très belle villa au Pyla, maison surmontée d’un dôme qui existe toujours.

Elle y habita d’abord avec son nouveau mari l’acteur français Jean Murat avant d’y revenir avec son autre mari l’Américain Tyrone Power. Lorsqu’elle retrouva sa villa après la guerre, elle était occupée par l’armée américaine qui avait déménagé tous les meubles pour la transformer en dortoir.


Rencontre

J’ai rencontré longuement Annabella en 1986. C’était un soir d’été et le soleil couchant dorait ses yeux d’un bleu azuréen. A 79 ans, fine, blonde, maquillée, il émanait d’elle une certaine fragilité et beaucoup de classe.

verges power annabela

Annabella et Tyrone Power

Elle m’a fait un numéro de charme exceptionnel auquel il était difficile de résister tout comme Arletty quelques années plus tôt.

Nous avons peu parlé de sa double carrière mais plutôt d’amour notamment de son mari Tyrone power. Elle m’a avoué que le jour où elle a vu le bel américain aux yeux de braise, elle n’avait pas pu résister, et ce, malgré sa solide réputation de coureur de jupon. Elle m’a aussi fait comprendre que son mari Jean Murat était du genre ennuyeux.


Vous imaginez aujourd’hui ce que pouvait représenter ces deux stars au Pyla en 1938. Ils n’étaient pas des stars de la télé réalité d’aujourd’hui. Si Annabella qui avait fait carrière en France et aux USA, peut être comparée à Marion Cotillard (en plus glamour tout de même), Tyrone Power était alors le Georges Clooney de l’époque.

La guerre à laquelle il a participé dès 1943, avec courage, et surtout ses nombreuses liaisons féminines avec Lana Turner, Judy Garland et Gene Thierney, ont séparé le couple. Il a divorcé le 26 janvier 1948 (mariés le 23 avril 1939), ce qui ne les a pas empêchés de se revoir.


verges dedicace annabela

Dédicace d’Annabela

D’ailleurs Tyrone l’aurait redemandée en mariage en 1955 mais elle aurait refusé. Elle lui rendit visite quelques jours sur du tournage de « Salomon et la reine de Saba » en novembre 1958 où elle le trouva fatigué.

Il décéda quelques jours plus tard, à 47 ans, en répétant un combat à l’épée contre Georges Sanders.

Il fut remplacé par l’acteur Yul Brynner ce qui nécessita de recommencer tout le tournage.



patrice verges retaillé

Patrice Vergès

Journaliste, romancier (page FB ici) (Illustrations : Copie écran Archives et documentation Patrice Vergès)


Pour recevoir par e-mail tous les articles d'InfoBassin...

C’est gratuit


Comments

comments