Souvenirs d’enf(r)ance : L’appareil photos jetable…

Ces objets ou moments qui ont marqué :  L’appareil photos jetable…

Par Patrice Vergès


17/06/18


Comme nombres d’appareils de cette rubrique parfumée à la nostalgie de nos jeunes années, je préjugeais que l’appareil photo jetable n’existait. Erreur. Quel est son intérêt à l’ère du numérique et du téléphone portable qui s’est mué en appareil photo de qualité à plus de 12 millions de pixels ?


verges appareil photo jetableInventé par Fuji en 1986, l’appareil jetable fut considéré comme un pas en avant en matière de praticité. Lorsqu’on partait en vacances, il évitait d’emporter son gros et lourd 24X36 convoité par les voleurs de bagages. Quand on n’avait pas d’appareil photo sur soi, un saut dans une boutique ou un bureau tabac permettait de disposer rapidement d’un appareil photo pour saisir un événement périssable de notre vie.


En carton !

 En carton étanche équipé d’un objectif, il contenait à l’intérieur un film argentique de 24 vues (parfois davantage) déjà chargé. Pas besoin d’engrainer la pellicule, ce qui était idéal pour les enfants.  Il suffisait d’appuyer sur le bouton. Certes, les photos n’avaient pas la qualité de celles d’un gros reflex mais c’était suffisant pour des photos de vacances au soleil. Et même à l’intérieur puisque face aux critiques, tous les fabricants qui s’y collèrent ajoutèrent un flash qui augmenta sensiblement le prix de l’appareil.


Comme il était scellé, il fallait passer par une boutique photo pour faire développer le film. Aucun problème, puisque dans les années 90 où plus de 10 millions d’appareils se vendaient annuellement, les boutiques du genre Rapid Lab qui développaient en une heure étaient aussi fréquentes dans nos rues que celles de cigarettes électroniques aujourd’hui.


Bien plus compliqué en 2018

L’ère de la photo numérique et du téléphone portable ont fait disparaître les appareils jetables baptisés prêts à photographier. Contrairement à ce que j’imaginais, il s’en vend toujours à des prix variant de 15 à 25 euros souvent réservés à des enfants à qui on ne souhaite pas confier un coûteux iPhone 8. La difficulté vient du développement de la pellicule car les boutiques style Rapid Lab sont devenues rares.


Il reste encore quelques bornes de développement dans les supermarchés, dans quelques boutiques photos ou par internet où des officines spécialisées, par correspondance, développent ce jetable et renvoient les photos numérisées sur CD. Mais avec le coût du développement plus celui de l’appareil, le prix d’une photo est bien plus élevé que celle avec un portable.

Le progrès a parfois du bon…



patrice verges retaillé

Patrice Vergès Journaliste, romancier (page FB ici)

(Illustrations: Copie écran Archives et documentation Patrice Vergès)


Pour recevoir par e-mail tous les articles d'InfoBassin...

C’est gratuit


Comments

comments