Histoire du Bassin : Facture. Quel nom ! (2/2)

Biganos


Histoire du Bassin : Voici la suite et fin de l’article sur l’origine du nom de « Facture » à Biganos.


Par Jean-Marie Blondy, d’après Pierre Labat (1920-2013)


Le Bassin a son histoire. Et les membres de la Société Historique et Archéologique d’Arcachon et du Pays de Buch (SHAAPB) la content fort bien. Ils éditent une revue régulière à laquelle vous pouvez vous abonner. C’est passionnant, et nous leur ouvrons nos colonnes…

Michel Lenoir, Directeur de Publication


20/03/19


Vous pouvez (re)découvrir le 1er volet de l’article, ici


Au sujet de cette promotion des Laroche au sein de la société de l’époque, il faut dire quelques mots de cette évolution qui défie les règles habituelle­ment admises concernant la rigidité des structures sociales avant la Révolution et le cloisonnement entre les divers groupes sociaux.


Histoires… de famille

facture pierre laroche SHAAPBPierre Laroche était arrivé à Biganos vers 1720-1730. C’était un pauvre manœuvre, un ouvrier agricole, un brassier, comme on disait alors, c’est à-dire celui qui travaille avec ses bras, et sa première femme était aussi une brassière.

Tout à l’autre extrémité de l’échelle sociale étaient situés les Dumora, les premiers bourgeois, sinon les seuls, de la paroisse.


Le premier Dumora était venu de Salles en 1702.

Il appartenait à la famille la plus notoire de Salles qui comptait des juges, notaires, procureurs d’office et autres gens de robe. Il avait épousé Marie Laville, de Biganos, une jeune veuve de notaire, apparentée â la bourgeoi­sie de la région et même aux Laville, Barons d’Arès, qui avaient conservé des propriétés dans Biganos, Argentières et Vignau.

La fortune des Laville était énor­me. Plus que la lointaine Dame de Certes, épouse du seigneur du lieu, Marie Laville était la véritable Dame de Biganos.


Les parents Laroche marient (plutôt bien) leurs deux enfants… avec deux Dumora

Pendant la Révolution, les Laroche réussirent un exploit inouï : Guillaume Laroche maria deux de ses enfants avec des Dumora. C’est ainsi qu’en l’an V, le jeune Jérôme Dumora. âgé de 19 ans, épousa Jeanne Laroche, âgée de 25 ans.

En l’an X, le plus jeune Laroche qui n’avait guère plus de 15 ans épousa Marie Dumora, 17 ans.

Qu’avaient donc ces jeunes Laroche ? Etaient-ils particulièrement beaux, intelligents, entreprenants ? On ne sait.

Tout à la fois peut-être. On trouve même un troisième mariage semblable à la génération suivante.


On connaît bien les Laroche de Facture, mais moins, sans doute, la descen­dance de Jérôme Dumora et de Jeanne Laroche.

Ils furent les grands-parents du célèbre Docteur Peynau, le grand archéologue du Pays de Buch, et les parents de Jean Dumora aîné, qui créa la fonderie de Ponneau, et de son frère, qui fut notaire et maire de La Teste et père d’une importante lignée de bourgeois libéraux.

Cette parenthèse généalogique n’avait d’autre objet que de montrer le niveau de notoriété des Laroche dans le premier quart du siècle dernier.


facture laroche SHAAPBC’est alors qu’on assiste à un phénomène rarissime en matière de toponymie, à un re­tournement de tendance : le nom de Laroche va s’imposer et va éliminer pour un temps celui de Facture.

Mais ce nom de Facture est déjà implanté profondément, c’est ainsi qu’en 1819, le notaire d’Audenge établit un acte pour le jeune Jean Laroche, celui qui s’était marié âgé de 16 ans et l’acte précise que le jeune Laroche habite le lieu de Facture-Laroche.

Cette mutation était sans doute trop tardive. le nouveau nom sans doute trop long, car le nom de Facture-Laroche ne n’est pas maintenu.


Pourquoi Facture ? Cherchez la racine gasconne…

Il faudrait savoir maintenant pourquoi Pierre Laroche était surnommé Fac­ture et que pouvait signifier un surnom aussi bizarre.

En fait, le mot Facture est la forme gasconne de « Facteur ». Il est en effet de règle en gascon de transposer en « ur» la finale « eur » des noms français comme facteur ou directeur. Exemple : « Lou directur d’escole ».


Le surnom primitif de Pierre Laroche n’était pas Facture, mais Facteur, car il n’était pas d’origine loca­le et venait d’un pays de langue française et non de langue gasconne.

En effet, le nom de Laroche est français. En gascon on s’appelle Laroque, Labat, Duprat ou Castet, on ne s’appelle pas Laroche, Laval, Dupré ou Chateau.

Ainsi Pierre Laroche arriva à Biganos avec son nom et son surnom français de Facteur.


Mais reprenons notre exploration des registres paroissiaux de Biganos. On ne trouve aucune trace d’un autre Laroche, ni non plus sa naissance à Biga­nos dans le premier registre qui débute en 1692 (ni à Bordeaux d’ailleurs).

Mais en1731, Pierre Laroche est déjà un habitant de Biganos.

Cette année-là, comme les 180 adultes de la paroisse, il reçut de l’archevêque de Bordeaux, le sacrement de confirmation.


Les aléas du registre paroissial…

Deux ans plus tard, il se marie et le curé donne une précision essen­tielle. Il écrit « Pierre Laroche dit Facteur ».

Son épouse est Jacquette Daney, qui, elle, est de très vieille souche locale. Elle est née à Biganos le 24 janvier 1699. Cet acte ne précise ni la filiation ni l’origine de l’époux.


En 1747, lors du décès de sa femme, Pierre Laroche s’appelle toujours Facteur et encore l’année suivante en 1748 lors de son remariage aussi bien dans le contrat que dans l’acte de mariage.

Facture ancien tombeau des Laroche au cimetiere de Biganos SHAAPB


Vers cette époque, au milieu du siècle, le surnom semble passer au lieu-dit, comme cela a été constaté à Marcheprime. En 1751, en effet, le curé nota le baptême et le décès le même jour, 11 janvier, d’un enfant né chez Facteur, de Pierre Laroche et Bertrande Lacape;


Curieuse formule qui dissocie le nom réservé à l’état-Civil, et le surnom désignant le lieu.

Il faudra donc au moins trente ou quarante ans de 1730 à 1770 pour que le surnom français de Facteur prenne la forme régionale de Facture.

Et c’est aussi sans doute le délai qui avait été nécessaire pour que Pierre Laroche devienne en­fin un enfant du Pays.


Que pouvait être un facteur au XVIIe siècle ?

Mais que pouvait donc être un facteur aux XVIIe et XVIIIe siècles ?

II n’était évi­demment pas un agent des P.T.T. Il n’était pas non plus le voiturier ou courrier qui assurait le service de la poste aux lettres.

Sans doute existait-il au XVIIIe siècle un service privé du courrier sur le trajet Bordeaux-La Teste.

Ce service était or­ganisé par les marchands et bourgeois de La Teste qui passaient contrat avec un voiturier du lieu. Les lettres déposées à Bordeaux à l’auberge de la Tête Noire étaient ainsi acheminées vers le Pays de Buch.

Mais Pierre Laroche n’était pas testerin, il n’était pas non plus bordelais, ni voiturier. Son surnom venait d’ailleurs.


Au XVIIe siècle, un facteur pouvait être une sorte d’agent commercial qui établissait la liaison entre un négociant et des clients et des vendeurs.

Jacques Cœur avait eu déjà un grand nombre de facteurs à son service. Le facteur était aussi celui qui fabriquait quelque chose et nous connaissons encore les facteurs d’orgues.


Un métier ou un surnom héréditaire ?

Pierre Laroche avait-il été ouvrier dans une de ces manufactures que Colbert avait créées au XVIIe siècle ? Peut-être bien. Peut-être encore, et probablement même, portait-il tout simplement le surnom héréditaire que son père ou ses ancêtres avaient pu porter avant lui.

En tout cas Pierre Laroche était un pauvre « estrangey » venu de loin.

Comme Marcheprime, c’est son surnom gascon qu’il a laissé pour la postérité et pour piquer la curiosité de ceux qui s’intéressent à notre passé et à nos origines…



logo shaapbIB Pratic : Rens et inscriptions au 05 56 54 99 08 ou shaapb@orange.fr. Adhésion et/ou abonnement pour recevoir le Bulletin ici. Toutes les infos sur le site shaapb.fr

Illustrations SHAAPB


 

Pour recevoir par e-mail tous les articles d'InfoBassin...

C’est gratuit


Comments

comments