Les rêveries sensuelles de Lyselotte (Episode 6)

Paul et Loréna…


1/04/17


5eme épisode de notre feuilleton sensuel, situé sur le Bassin d’Arcachon, pour les amateurs d’aventures amoureuses. Il est écrit par Lyselotte, auteure taquine, aimant rire, et partageuse. Une page intimiste d’histoires sans tabou…

Michel Lenoir, Directeur de Publication


(Pour lire les épisodes précédents, cliquer ici)



Suite de l’épisode 4  : Loréna et Paul


lyselotte hammamUn couple descend les marches du jacuzzi. Elle black, assez jeune. Lui trapu, blanc, rasé de cheveux. 

Mon ami m’a prise, en entier. Il gémit comme chaque fois qu’il me pénètre. Je le regarde. Ses yeux sont fermés, il sourit.

– C’est chaud murmure-t-il. C’est doux. 

Je souris et halète. C’est bon. Son doigt vient titiller mon petit bouton. Je gémis.  

– On va dans le hammam me propose-t-il.

Il sait que j’adore ça. 

Nous nous désemboitons, nous essuyons sommairement et entrons dans la buée parfumée d’eucalyptus. Nous sommes seuls. Il me couche sur le carrelage chaud et humide (comme moi), une jambe sur le banc, l’autre sur le sol. Il est entre mes cuisses. Il me lèche, tète mon précieux. Je crie un peu, la surprise. Et punaise, le feu prend de suite. Ca flambe, ça me consume, je crie en posant mes mains sur ma bouche. Ca me broie. 

– Encore….


Il continue et la vague revient, quatre fois. C’est comme une puissante houle lumineuse. Ca me prend le ventre, les cuisses, les jambes en entier.  Cela monte jusqu’à mes seins et poudroie derrière mes yeux. Presque sans souffle, c’est si bon.

 Il se relève et me dit:

– Ho, ma lionne…

J’adore quand il me dit ça en caressant doucement mes cuisses pendant que je reviens sur terre. Il bande encore.  C’est trop bon.

Un homme est entré dans le hammam pendant que je jouissais. Je le vois à côté de moi, juste à côté de mon pied posé sur le banc carrelé. J’ai enlevé ma pince à cheveux et ne la trouve plus. Alors nous cherchons à tâtons, mon ami et moi. Il la retrouve et nous sortons. 

– Le monsieur à côté de nous, il t’aurait bien aidé à chercher ta barrette, qu’il rigole. 

-Tu crois? 

– Je suis sûr. 

En fait, ce monsieur est sorti derrière nous et retourne au jacuzzi en même temps que nous. Il disparaît dans le ventre sombre et je le perds de vue. Un peu plus de monde apparentement. Je vois un ou deux hommes seuls, il me semble. Nous trempons un peu. Hugo s’assoie sur la haute marche du jacuzzi et je le fellationne façon gourmande. 

La position est sympa et tu sais comme j’adore ça. Alors je m’attarde, m’applique. Il y a des gens autour de nous. Je l’avale jusqu’à la garde. Il gémit, je l’aspire. Il ferme les yeux et sourit. 

– Viens, j’ai une idée coquine, me dit-il un peu plus tard.


Nous sortons et son mât est toujours vertical. 

– T’as vu le périscope ? me dit-il en riant et en désignant son sexe tendu. 

Tu parles que je le vois. Il me hale jusqu’à une pièce où trône un siège de gynécologue avec des étriers pour poser les pieds. 

– Madame, me dit-il, installez-vous, je vais vous ausculter. 

Nous rions tous les deux.  Je mets les serviettes mouillées sur le siège et m’installe. 

– Tu veux le paréo sur toi? Il fait pas chaud quand on est mouillé. 

– Oui.

Et là, il m’ausculte. 

– C’est ton doigt que je sens? 

– Non, mais c’est une auscultation linguale. Cherche pas à comprendre. 

Nous rions et il se remet à m’ausculter. Je suis bien, sa langue me câline, sa bouche me happe, son doigt investit ma minette et cela revient.

Quatre fois encore, en vagues magnifiques, puissantes. Quatre tsunamis qui me laissent sans souffle. Il est souriant, ravi.

– C’est si bon de te voir comme ça, me dit-il. 


Je m’avance un peu sur la table et il me pénètre. Juste à la bonne hauteur. Je suis mouillée… il est si dur. 

Il gémit, m’interroge, gémit, va et vient, soupire, murmure des douceurs

Il s’active pendant de longues minutes, ponctuant ses va et viens de petites remarques qui ne le déconcentrent pas du tout. Il me caresse la rosette avec son gland si doux, puis glisse sur mon bouton. J’adore.

– Tu vas me faire dit-exploser, dit-il dans un souffle rauque.

Il arque ses reins pour me prendre en entier, serre mes genoux et explose. Il fait de petits aller-retour pour prolonger son plaisir et soupire, longtemps, sourire aux lèvres. Puis il me regarde, secoue la tête d’un air entendu et me dit:

-Tu es magique…


 Bon week-end…


Lyselotte


Les lecteurs(trices) qui sont arrivés au bout de ce récit pourront découvrir « Tu es Pierre », un roman de l’auteure, ici 

Voir sa page FB, ici et pour accèder à son Blog également.



Pour recevoir par e-mail tous les articles d'InfoBassin...

C’est gratuit


Comments

comments