Humour et Faux Divers : La dune du Pilat (par Oncle François)…

Les révélations (excentriques) d’Oncle François : La dune du Pilat est une invention humaine !


28/07/18


InfoBassin poursuit une série de révélations hebdomadaires avec Oncle François, observateur averti du Bassin, et correspondant (un peu allumé) de La Dépêche du Patelin…

Michel Lenoir, Directeur de Publication


oncle Francois freres pereireL’histoire est longtemps restée secrète, mais ce sont les frères Pereire, Emile et Isaac qui élevèrent, de leurs mains, la célèbre dune, qui aujourd’hui encore, fait la fierté et la renommée du Bassin, comme les huîtres, les cabanes tchanquées, radio Cap-Ferret, ou Joël Dupuch.

C’est vers 1850, que les deux frères décident de la construction  de la ville d’hiver d’Arcachon, arguant du bon air, surtout pour les malades de la tuberculose, appelée alors phtisie.

Très vite, la haute bourgeoisie bordelaise, amenée par la ligne de chemin de fer que les frères Pereire avaient fait construire en amont, vont littéralement envahir la ville, et l’engouement n’a pas faibli, plus de 160 ans plus tard.


Intéresser les visiteurs…

Mais que faire à Arcachon une fois qu’on avait respiré l’air pur, marché sur le sable et  s’être rendu à la messe ? Rien, ou peu de choses…

Alors, il fallait trouver une idée incontournable pour que les touristes puissent avoir quelque chose à voir à ici, quelque chose d’autre que les huîtres, les cabanes tchanquées, radio Cap-Ferret ou Joël Dupuch.


Les frères Pereire y réfléchirent. Possédant plus de 10.000 hectares de pins dans la région de “Pays de Buch”, ils devaient proposer quelque chose qui allait marquer à tout jamais l’esprit des visiteurs, les fidéliser et les faire croitre.


Visite à Etretat

oncle francois affiche chemin de fer du midiAu cours d’un déplacement professionnel en Normandie, plus précisément à Étretat, ils étaient tombés admiratif devant le travail des employés communaux de cette petite commune de pêcheurs, qui avaient, sur l’ordre du maire de l’époque Jean Goument,  taillé une petite montagne sans intérêt en une falaise avec un à-pic vertigineux !

Ce labeur, entièrement réalisé à la main avec des maillets et des ciseaux, avait fait d’Etretat un haut lieu du tourisme, surtout après avoir taillé la fameuse “aiguille creuse”, qui servira de décor à une aventure d’Arsène Lupin.


De retour à Arcachon, Emile proposa :

Nous aussi, on va tailler une montagne !

Blanco, répondit Isaac qui maitrisait mal le vocabulaire des casinos.

Mais où trouver une montagne, dans leur immense domaine ? Il n’y en avait pas !

– Qu’à cela ne tienne, on va la construire ! dit Emile.


dune cv3 lever soleilIls pensèrent d’abord à se procurer des rochers dans les Pyrénées, et jetèrent leur dévolu sur le pic du Midi qu’ils voulaient démonter pierre par pierre, mais, déjà à l’époque, ils se heurtèrent à une fin de non-recevoir de la part des autochtones, voulant “conserver un patrimoine” !

Alors, Isaac eut une idée : « Et si l’on faisait une montagne de sable, genre dune ? »


L’idée était d’autant plus intéressante qu’un kilo de sable pèse environ trois fois moins lourd qu’un kilo de roche.

Au début de l’aventure, ils utilisèrent le sable déposé sur place, mais celui-ci s’avéra rapidement bien insuffisant pour mener à bien une entreprise d’une telle ambition.

Il fallait donc trouver du sable ailleurs.


Le roi du Maroc échange son sable contre du vin et des cigares…

De par leur immense fortune, les frères Pereire connaissaient les grands du monde entier. Tout naturellement, ils se tournèrent vers le roi du Maroc, Mohammed IV, un vieil ami, pour savoir s’il pourrait les dépanner.

Salut, Momo, lui dit Isaac, ça roule ? Dis-moi, en voudrait t’acheter du sable du Sahara, tu peux nous en céder ?

-Ok répondit le monarque, prenez ce dont vous avez envie. J’en ai trop…

Super,  qu’est-ce que tu veux en retour ?

Si vous avez un bon pinard et quelques cigares, ça ira…

Justement, du vin, ils en produisaient…Affaire conclue.


Transporter le sable en bateau puis en train

Dune et arguin CV 6Alors, commença une noria de bateaux entre le port de Dakhla, dans le Sud marocain, et Bordeaux. Les Pereire y consacrèrent pas moins de 12.564 voyages : créateurs et propriétaires  de la compagnie Transatlantique, disposer de bateaux à fort tonnage n’était pas un souci.

Mais comment faire pour ramener le sable de Bordeaux ?


Les entrepreneurs essayèrent plusieurs solutions, dont le chameau, mais celle-ci s’avéra peu concluante, longue et fastidieuse. Alors,  ils utilisèrent la ligne de chemin de fer entre la capitale girondine et Arcachon, 24h sur 24 : le jour, elle servait à transporter des passagers, et la nuit, du sable ! Gagnant/gagnant !


Comment la dune monta, monta…

C’est ainsi que, en quelques années, la dune prit sensiblement la taille qu’elle a aujourd’hui, 110 mètres, ce qui, avouons-le, est ridicule pour une montagne, mais pas mal pour un tas de sable.

oncle francois dune seau pelleNon seulement les frères Pereire supervisèrent le chantier, mais mirent quotidiennement la main à la pâte, avec des seaux, des râteaux et des pelles, inventant au passage les premiers jeux de plages !

Pour les bouées et les matelas pneumatiques, ce sera un peu plus tard, quand ils décideront de « voir l’effet produit depuis le Bassin ».

Ce qui fera dire au chroniqueur du journal local, La Dépêche du Patelin, qui, avouons, ne manquait pas d’humour : « Normal ! Les Pereire ont beau être des requins de la finance, ils ne savent pas nager ! »


A la semaine prochaine…


oncle Francois

Oncle François

Photos dune : Clément Viala, retrouvez son site web ici


Pour recevoir par e-mail tous les articles d'InfoBassin...

C’est gratuit


Comments

comments