Enquête : La véritable histoire de « Babar à l’Ile aux oiseaux » …

C’est du sérieux ! L’Académie du Bassin et l’APALCF ont enquêté sur la création de « Babar à l’Ile aux oiseaux »  en 1951…


6/08/18


Une enquête menée par Denis Blanchard-Dignac et Charles Daney, de l’Académie du Bassin d’Arcachon, avec Jean Mazodier de l’association Protection et aménagement Lége Cap-Ferret


babar ile aux oiseaux mary ryanUn certain nombre de sites et articles laissent entendre que l’île aux oiseaux du Bassin d’Arcachon aurait inspiré Laurent de Brunhoff pour son « Babar dans l’île aux oiseaux » paru chez Hachette en 1951. Qu’en est il vraiment?

Le nom Babar, selon la famille de Brunhoff, créatrice du personnage, viendrait de la contraction de Bébé et Papa. Jean de Brunhoff (1899-1937) inventa Babar en 1931. Son fils laurent, né en 1925, poursuivit son oeuvre. Héros de bande dessinée, Babar est à la fois enfant et adulte. Plus de treize millions d’exemplaires ont été vendus et traduits en vingt-sept langues.


L’histoire de Babar

Orphelin de mère, tuée par un vilain chasseur, l’éléphanteau est recueilli par une gentille vieille dame qui l’élève comme un fils. Elle l’aide à rentrer chez lui, en Afrique, où il devient Roi, se marie et fonde Célesteville, ville harmonieuse et pacifique hors des excursions du cruel Rataxès, le roi de Rhinocéros, qui ravage le pays de Babar.

La famille de Babar, outre la vieille dame, se compose de la Reine Céleste, de ses enfants Pom, Flore, Alexandre et Isabelle, de son cousin et du petit frère de Céleste, Arthur. Il y a aussi, auprès de lui, le singe Zéphir, le général Cornélius et, enfin, son petit-fils Babar à qui il enseigne à régner sagement, en respectant la nature et les peuples.


Pourquoi Babar séduit ?

babar ile aux oiseaux couv livreBabar, ce sont plus de 75 albums qui constituent une oeuvre immense, devenue patrimoniale. Parmi les intervenants, Véronique Soulé, l’une des meilleures spécialistes de la littérature jeunesse écrit : « On a souvent expliqué le succès de Babar par l’atmosphère de fêtes et de plaisirs de l’univers communautaire où il vit, gage de stabilité familiale et de bonheur social, du fait qu’il n’y a ni violence, ni répression, mais douceur et délicatesse ».

Les conflits, jamais importants, se résolvent par la ruse ou par la sagesse. Babar est un personnage initiatique, un animal socialisé qui a quitté la jungle pour rejoindre le monde humain, enfantin et adulte. L’enfant lecteur peut s’identifier à lui, grandir et acquérir de l’expérience en même temps « que lui ».


Le Bassin inspire le créateur de l’éléphant Roi

En 1949, Laurent de Brunhof, poussé parle succès de « Babar et ce coquin d’Arthur » (Paris 1946, New York 1949), poursuit la série intimiste – ainsi « Pique nique chez Babar » (1949) où, à bien observer les dessins, on pourrait trouver des allusions au Bassin d’Arcachon. Quoi de plus normal ? Son père Jean lui a transmis l’amour de la presqu’île du Cap Ferret près de son oncle Jacques et de sa tante Elisabeth dite Lise, en famille.


babar ile aux oiseaux flammands rosesJean Cocteau et la presqu’ile « presqu’Africaine »

On vérifie, en effet, dans les lettres de Cocteau à sa mère, que les Brunhoff occupaient à la pointe, jouxtant le futur « Quarante hectares » une cabane « le rancho » appartenant, à la famille Lilet.

Jean Cocteau y rencontre Lise de Brunhoff, épouse de Jacques. Ainsi leur neveu Laurent, continuateur de son père Jean, a connu la presqu’île sauvage de ce temps-là, « presqu’africaine » selon Cocteau.

(NDLR :Ces ferments donnés à l’imaginaire prennent naissance dans le parc de la villa Mauresque de Léon Lesca. L’homme d’affaires bâtisseur avait aménagé fin XIXe, sur le bassin d’Arcachon autour de sa villa mauresque, un immense parc à l’ambiance particulière générée par une flore et une faune nord-africaine. Des essences exotiques comme les cèdres du Liban, bananiers, eucalyptus, palmiers, dont les traces marquaient encore la presqu’ile au début des années 1950…)


L’Ile aux oiseaux, vrai socle d’une histoire

L’été 1950, Laurent imagine une nouvelle histoire de Babar. Il pense à une île et le contour qui lui vient en tête épouse les contours de l’île aux oiseaux du Bassin d‘Arcachon. L’aquarelle qu’il produit, aujourd’hui dans une collection américaine, a bien le tracé et les tons légèrement argentés qui interpellent les amoureux du Bassin d’Arcachon.


Un témoin confirme que l’Ile aux oiseaux est bien celle du Bassin

babar ile aux oiseaux mary ryanD’ailleurs, Mme Pierre Lilet interrogée par nos soins (mai 2018) confirme avoir vu Laurent de Brunhoff préparer au rancho avec ses enfants « Babar dans l’île aux oiseaux », l’été 1950.

L’album sort début d’année 1951. Une édition est annoncée à New York pour l’année suivante 1952 (Randon House). Est-ce pour cela que l’île aux oiseaux annoncée se pare de tons vifs. Avec montagnettes d’outre-mer contrastant avec un port méditerranéen ?


Toutefois, le côté lagunaire du Bassin d’Arcachon apparaît dans la planche suivante où l’on reconnaît grues et flamands roses, espèces honorant parfois nos côtes de leur passage.

Babar et sa famille sont émerveillés par les bataillons d’oiseaux surgissant à leur rencontre. Est-ce pour entourer le roi des oiseaux et la reine ? Au fil des pages on reconnaît canards, faisans, poules, perroquet, paon, vautour. Mais le plus marquant est le pélican. Pom et Alexandre ayant vérifié comment on récolte le miel, versé dans une fleur entonnoir, constatent que les pélicans font un délicieux pain d’épices en se servant de leur bec comme d’un moule.


Partie de pêche mouvementée

babar partie de peche mouvementéeLa partie de pêche mouvementée est de nature à interpeller. Si les barques ont l’aspect de pointus méditerranéens, on sait la parenté avec nos barques et tilloles à voile trapézoïdale, dite aurique.

L’histoire de cette journée passée dans l’île aux oiseaux se termine bien au final, comme toujours chez Babar, le héros vert. À défaut de certitudes, voici un faisceau d’indices laissant à penser que nous n’avons pas tort d’imaginer un peu nôtre, l’île de Babar – quitte à ce qu’elle soit beaucoup plus dans notre imaginaire.


Babar, respectueux de la nature…

Babar, costume vert, est respectueux de la nature et des peuples. «Babar à l’île aux oiseaux », ce n’est pas un voyage, c’est une invitation. Il est invité dans l’île (et non pas à l’île comme on dit souvent chez nous). De là vient, non pas son émerveillement mais son respect de la nature – comme nous pourrions le ressentir aujourd’hui à l’île aux oiseaux mais aussi devant Arguin, le parc ornithologique.



Cette enquête sur Babar sera également présenté par l’Académie du Bassin et l’association Protection et aménagement Lége Cap-Ferret, dans les classes de Lège Cap Ferret à la rentrée. Un moyen de conjuguer l’histoire, de transmettre la richesse du patrimoine local et le nécessaire respect de l’environnement.



IB Pratic : « Babar dans l’Ile aux oiseaux », de Laurent et Jean de Brunhoff, chez Hachette Jeunesse. 32 Pages. Prix : 5,60€. A commander chez votre libraire ou ici


Denis Blanchard-Dignac / Charles Daney / Jean Mazodier

Illustrations : Copies écran de l’enquête originale


Pour recevoir par e-mail tous les articles d'InfoBassin...

C’est gratuit


Comments

comments