Les rêveries sensuelles de Lyselotte (au Pyla, suite)

La villa du Pyla (2/2)


15/04/17


Lyselotte est en train d’écrire la suite de « Lorena ». En attendant, elle nous propose la suite de sa brève nouvelle en deux parties, dans un style très différent, toujours située au Pyla, sur notre beau Bassin. La semaine prochaine, nous reprendrons le fil du feuilleton avec Loréna et de nouveaux personnages.

Michel Lenoir, Directeur de Publication


(Pour lire les épisodes précédents, cliquer ici)


lyselotte mateurC’est l’enchainement … Comme dans ses délires.

L’homme descend fébrilement la fermeture de son pantalon et amène la fille à lui. Filou doit reconnaitre que le gourdin qui en jaillit est plus remarquable que le sien, pourtant honorable. La voila qui se relève souplement et s’écartant du mâle commence à déboutonner son haut. Les obus qui en jaillissent quand elle passe le tissu par-dessus sa tête sont lourds et charnus. Un peu trop au goût de Fifi qui pourtant aime les grosses miches mais qui reste fasciné par les tétons longs et violets qui pointent sur des aréoles larges comme une soucoupe à café.

L’homme au costard a sursauté, sans doute surpris par l’ampleur de cette poitrine compressée puis libérée.

Un sourire carnassier découvre ses dents de loup et sa langue passe sur ses lèvres. Il va la déguster, la miss.


Fifi est aux anges. Pour un peu, il gémirait tant la tension de son corps et l’excitation de la scène qu’il mate le poussent vers l’inconscience. Fourbissant son engin d’une paluche moite, il essaye de retenir l’orgasme qu’il sent venir et ferme un instant les yeux pour calmer son envie.

Quand il les rouvre, la belle a quitté son pantalon et s’est étendue sur le canapé, le bassin posé par l’accoudoir. Elle offre au mâle costumé et au voyeur clandestin, sa vulve trempée et en contre-plongée, ses mamelles qu’elle malaxe comme un boulanger pétrit son pain et sa bouche entrouverte en invite salace.

Fifi n’est pas aux premières loges mais il en voit suffisamment pour frôler l’apoplexie à chaque coup de poignet et doit de nouveau fermer les yeux et lâcher son engin  pour ne pas exploser dans l’instant.

Quand il reprend pied dans la réalité, l’autre est tombé à genoux entre les cuisses ouvertes non sans avoir pris le temps de quitter son futal.


Le spectacle qu’il offre costumé du haut et à loilpé du bas pourrait être comique si l’intensité de la scène ne prenait le pas sur le loufoque de la vision.

Attablé à l’entrecuisse, les bras tendus et mes mains agrippées aux bouées de la femelle, le type ressemble à l’adorateur sacrifiant à l’autel de la fécondité d’une déesse barbare. Le double vitrage prive Filou-la-main-douce d’une grande partie de son plaisir, celui du son. Ceci dit, la femelle impudique ouverte sur le sofa cambre le dos et il voit ses jugulaires gonflées comme le sont les veines de son chibre en ce moment.

La bouche grande ouverte ressemble à une blessure vermeille et ses doigts sont crispés sur son ventre, à hauteur de pubis. Elle chaloupe et s’essouffle, le cou tendu en arrière comme une victime attendant le couteau sacrificiel.


Fifi voit tout, il exulte. Il voit aussi la main de la gendarmette glisser sous les coussins garnissant le canapé et en ressortir armée d’un pistolet luisant.

Il entend cette fois-ci un ordre hurlé d’une voix aiguë et sent des présences autour de lui. Les buissons s’animent. Des arbres, tombent des fruits mûrs armés de fusil d’assaut. L’un d’eux le serre au cou d’un  geste lent, coulé et lui murmure à l’oreille : « T’ouvres ta gueule, t’es mort. »


Epilogue

Le lendemain, le journal local écrivait à la une : « Grosse prise pour la police bordelaise. Le trafiquant d’armes le plus insaisissable de France prit la main dans le sac en pleine transaction dans une villa du Pyla. La police a également ramené dans ses filets un dangereux maniaque sexuel, alors que celui-ci observait les lieux de son futur forfait. »



La semaine prochaine, Lorena revient.  Bon week-end…


Lyselotte


Les lecteurs(trices) qui sont arrivés au bout de ce récit pourront découvrir « Tu es Pierre », un roman de l’auteure, ici 

Voir sa page FB, ici et pour accéder à son Blog érotique également.



Pour recevoir par e-mail tous les articles d'InfoBassin...

C’est gratuit


Comments

comments