Livre: Sous le soleil du Cap Ferret, Cocteau et Radiguet

Un moment d’histoire du Cap Ferret, avec Cocteau et Radiguet, par Denis Blanchard-Dignac


13/12/17


Un livre reportage dans les années 1920.


L’histoire

« blanchard dignac cocteau cairnPendant les étés 1920, 1921 et 1923, Jean Cocteau et le jeune poète Raymond Radiguet s’installent sur la côte sauvage du bassin d’Arcachon, la côte noroît, à Piquey, petite village de pêcheurs, un paradis dont le havre s’appelle Chantecler. Ouvrant grand ses yeux qu’il a myopes, Radiguet ne se lasse pas de contempler le décor inouï d’une terre inconnue à quelques heures de Paris.


Jean Cocteau assurait que « l’hôtel de planches » de Piquey était une sorte de théâtre. Nommé Chantecler en l’honneur de son illustre ami Edmond Rostand, l’hôtel était tel « un microphone où chaque son porte ». Quant à son « cher balcon » avec vue plongeante sur les eaux vives du bassin d’Arcachon, « c’est une avant-scène de spectacle ».


Si spectacle il y a, joué au huis clos de l’hôtel Chantecler, pourquoi ne pas relever les caractéristiques d’une authentique tragédie respectant la règle des trois unités du théâtre classique : unité de lieu (le bassin d’Arcachon), unité de temps (l’été), unité d’action (vacances studieuses), avec, pour résultat un évènement culturel majeur : la rénovation de l’art d’écrire un roman ».



L’avis d’InfoBassin

DBD hotel chanteclercCet ouvrage est le fruit de trois années de travail. On ressent au long des pages une recherche passionnée pour découvrir les relations entre Cocteau et Radiguet, et aussi les personnages qui vivent avec eux à hôtel.


Une galerie pittoresque et mondaine, fourmillant d’anecdotes, où défile les artistes de l’époque, amis de Picasso, Erik Satie ou Stravinsky, comme Jacques Lipchitz, sculpteur, Georges Auric, musicien, Jean Hugo, le descendant de Victor, un authentique prince Persan, et d’autres pensionnaires de cet hôtel très spartiate, mais au charme indéniable.


Cocteau y vivra les trois étés de 1920, 1921 et 1923 grâce aux mandats que lui envoie sa mère. La propriétaire, Mme Dourthe, avec un Esprit Bassin avant-gardiste, exaspère Cocteau « avec son coté grippe-sous »  et son « opiniâtreté presque méchante ». « Si l’on en croit Gabbriele d’Annunzio, ce pourrait être un travers local ».

Mais « l’hôtelière se méfie néanmoins de son client. Il est capable de faire venir un roi ou un président. Au moins un grand artiste dont le nom fait la une des journaux »


DBD Cocteau La villa algérienne

La villa algérienne

On voit que l’arrivée des People au Cap ferret ne date pas d’hier. En 1920 déjà, les célébrités venaient chercher dans cet espace sauvage la tranquillité, pour se ressourcer.

Raymond Radiguet y écrira, sous le regard protecteur de Jean Cocteau, Le Diable au Corps, qui sera un immense succès littéraire adapté au cinéma.


Ce jeune auteur va séjourner pendant trois étés avec Cocteau à Grand Piquey pour « renouveler l’art romanesque ».

Il mourra à 20 ans, foudroyé par la typhoïde, contractée dans l’eau saumâtre de l’hôtel Chantecler…


Cette monographie, également riche en illustrations rares, nous donne à voir un moment d’histoire du Bassin comme un reportage au plus près des protagonistes.

On comprend en fermant la dernière page pourquoi l’auteur, président de l’Académie du bassin d’Arcachon, recevra demain à Bordeaux pour ce 13e livre, le Prix des Belles-Lettres de l’Académie nationale des sciences, belles-lettres et arts, dans les salons de l’académie.


IB Pratic : Cocteau-Radiguet, Sous le soleil du Cap Ferret, par Denis Blanchard-Dignac aux Editions Cairn. 135 pages. 20€. Disponible en librairie ou sur commande chez l’éditeur ici.


A noter : L’auteur sera en dédicace à la Librairie des Marquises à Arcachon samedi 30/12 de 10h30 à 13h30.


portrait MichelMichel Lenoir

Illustrations : Photos du livre


Pour recevoir par e-mail tous les articles d'InfoBassin...

C’est gratuit


Comments

comments