Livre : « Ceux qui partent » de J. Benameur

Pose littéraire : Ceux qui partent, de Jeanne Benameur. La 1ere journée de migrants débarquant à New-York en 1910, vue de l’intérieur… L’auteure sera Andernos ce 27/11



21/11/19


L’histoire

Jeanne Benameur Ceux qui partentTout ce que l’exil fissure peut ouvrir de nouveaux chemins. En cette année 1910, sur Ellis Island, aux portes de New York, ils sont une poignée à l’éprouver, chacun au creux de sa langue encore, comme dans le premier vêtement du monde. Il y a Donato et sa fille Emilia, les lettrés italiens, Gabor, l’homme qui veut fuir son clan, Esther, l’Arménienne épargnée qui rêve d’inventer les nouvelles tenues des libres Américaines. Retenus un jour et une nuit sur Ellis Island, les voilà confrontés à l’épreuve de l’attente. Ensemble. Leurs routes se mêlent, se dénouent ou se lient.


Mais tout dans ce temps suspendu prend une intensité qui marquera leur vie entière. Face à eux, Andrew Jónsson, New-Yorkais, père islandais, mère fière d’une ascendance qui remonte aux premiers pionniers. Dans l’objectif de son appareil, ce jeune photographe amateur tente de capter ce qui lui échappe depuis toujours, ce qui le relierait à ses ancêtres, émigrants eux aussi. Quelque chose que sa famille riche et oublieuse n’aborde jamais. Avec lui, la ville-monde cosmopolite et ouverte à tous les progrès de ce xxe siècle qui débute. L’exil comme l’accueil exigent de la vaillance.


Ceux qui partent et ceux de New York n’en manquent pas. A chacun dans cette ronde nocturne, ce tourbillon d’énergies et de sensualité, de tenter de trouver la forme de son exil, d’inventer dans son propre corps les fondations de son nouveau pays.



L’auteure

Jeanne Benameur est née en Algérie en 1952. Elle vit à Nieul-sur-Mer et consacre l’essentiel de son temps à l’écriture. Entre le roman et la poésie, son travail se déploie et s’inscrit dans un rapport au monde et à l’être humain épris de liberté et de justesse. Une oeuvre essentiellement publiée chez Actes sud pour les romans. Dernièrement : Profanes (2013, grand prix du Roman RTL/Lire), Otages intimes (2015, prix Version Femina 2015, prix Libraires en Seine 2016) ou L’enfant qui (2017).



Ce qu’on en pense

Ce livre est d’abord une ode à celles et ceux qui ont le courage d’affronter les pièges, les risques d’un départ sans visibilité sur l’avenir, d’un changement radical pour démarrer une nouvelle vie, dans un autre pays, parfois en s’adossant à une communauté.

« Une langue est plus sûre qu’une maison. Rien ne peut la détruire tant qu’un être la parle. Nous le savons, nous qui ne possédons plus rien, ou si peu de choses. Tant que nous parlons notre langue, notre pays, même loin, même dévasté, est habité. »

Cette parenthèse sur la petite d’Ellis Island, préalable à l’entrée des migrants sur le territoire américain, va modifier leurs destins à jamais.

« Ceux qui partent » est un récit tout en délicatesse pour décrire des vies brisées et des situations difficiles, un joli roman même si les histoires de cœur du dernier tiers du roman ne seront pas du goût de tous.


IB Pratic : Ceux qui partent par Jeanne Benameur, 336 p, Éd Actes Sud, 21€. Disponible en librairie ou sur internet



Dédicaces


L’auteure sera à Andernos pour une Rencontre littéraire le mercredi 27/11 à 19h à la médiathèque, esplanade du Broustic. Rens 0556039393. Site andernos.bibenligne.fr


A noter aussi,

Jean-Pierre Breton sera à La Teste, à la librairie de Victor Hugo samedi 23/11 pour une séance de rencontres dédicaces de 14h30 à 18h30 pour ses thrillers…


-Katherine Pancol sera à Arcachon le jeudi 28 novembre pour une rencontre/dédicace à la Librairie Les Marquises. à l’occasion de la parution de son nouveau roman Bed Bug (critique à venir sur InfoBassin),


portrait Michel


Michel Lenoir


Pour recevoir par e-mail tous les articles d'InfoBassin...

C’est gratuit


Comments

comments

Laisser un commentaire