Bien-etre : Le stress, savoir y faire face, par Patrick Filipe

Les idées psy : Le stress… Mieux le connaitre pour mieux l’apprivoiser.

Par Patrick Filipe, Infirmier D.E, Psycho-Praticien.


31/10/19


InfoBassin vous propose une rubrique hebdo autour de la psychologie, avec chaque semaine, des conseils, des analyses, des sujets qui vous peuvent vous concerner.


logo plage fm sans phrasefilipe lenoir plage fm 2Retrouvez Patrick Filipe au micro de Michel Lenoir

sur PLAGE FM  89.1

Les dimanches à 7h35 et à 20h

Et le vendredi à 13h30


Ecoutez aussi ici la rubrique en podcast audio enregistré sur Plage FM, 89.1 avec Patrick Filipe au micro de Michel Lenoir en 3mn (rubrique IdéesPsy !


A l’origine…

Le mot stress vient d’un verbe latin « stringere » qui signifie serrer, rendre raide, comprimer.

Au 17 siècle, les Anglais utilisent le mot « distress » pour exprimer une difficulté. A partir de la fin du dix-huitième siècle il sera surtout utilisé en physique :contrainte exercée sur un métal, puis en physiologie, en médecine et en psychologie pour le surmenage, une pression émotionnelle.


Coté psy

C’est un médecin canadien, Hans Selye qui lui donne son sens contemporain avec une définition médico-psychologique : « le stress est la réponse non spécifique de l’organisme à toute demande d’adaptation qui lui est faite ».

Il est donc utile et même indispensable, car la vie impose l’adaptation à des situations nouvelles. Si cette adaptation ne présente pas de répercussions sur la santé, on parle de bon stress.


Les réactions au stress

chat stressCe qui conditionne notre réaction au stress, c’est nos capacités d’adaptation qui ne sont pas illimitées et qui varient d’un individu à l’autre. Les réactions de notre organisme, tant émotionnelles que physiques, face à des « stresseurs », voire un danger, dépend de notre prédisposition à faire face au moment de la confrontation.

Les symptômes du stress sont légions: respiration rapide, douleurs, tachycardie, hypersudation, contractions musculaires, oppressions, troubles digestifs, céphalées, vertiges, troubles du sommeil, fatigue, troubles alimentaires …


La confrontation à des situations violentes, abusives ou encore conflictuelles ainsi queles situations stressantes « de la vie quotidienne », de la vie professionnelle engendrent une baisse de la capacité adaptative au stress.

Une situation de stress peut s’apparenter et être provoquée par une pression routinière (au travail, à l’école, dans la famille;un changement soudain et imprévu (divorce, travail, maladie);un épisode traumatique (catastrophe naturelle,attentat, accident).


Les conséquences

Le stress engendre des mécanismes physiologiques qui peuvent contribuer à des dérèglements:

-Accélération du vieillissement.

-Déficit nutritionnel. Pour produire l’énergie demandée par la situation, le corps consomme plus d’éléments nutritifs (acides aminés, potassium, phosphore, magnésium, calcium, vitamines) et absorbe moins de nutriments. De plus, il contribue à l’apparition des ulcères gastriques et de brûlures d’estomac.

-Déficit immunitaire. Le cortisol, ou « l’hormone du stress », est produite en grande quantité. Le corps se défend moins bien face aux agents infectieux, aux cancers. Une personne stressée souffre plus fréquemment de rhume.

-Problèmes gynécologiques. Le stress provoque des périodes d’aménorrhée (l’arrêt des menstruations) et engendre des périodes d’infertilité.

-Problèmes de santé mentale. Le stress est un facteurqui rentre en cause dans l’anxiété, les crises de panique, les phobies, la dépression, les dépendances, les troubles de l’alimentation (anorexie/boulimie).Émotionnellement, une personne stressée est surmenée, irritable.Mentalement, des signes comme des ruminations, des états d’inquiétude récurrents se manifestent.

-Maladies à composante psychosomatique. La cause des maladies suivantes est multifactorielle. Le stress contribue à leur facteur de chronicité et joue un rôle dans l’apparition des symptômes : l’asthme, le psoriasis, l’arthrite rhumatoïde, le syndrome de fatigue chronique, la maladie de Crohn, la fibromyalgie, la migraine, la colite ulcéreuse, le syndrome prémenstruel, l’obésité, …

-Le stress chronique est pourvoyeur de consommation d’alcool, de tabac. Il favorise des comportements violents, voire un repli social.


Pour faire face

Des moyens et des techniques de gestion de son stress existent et sont conseillés en premier recours. Dans ce premier pas, exercices de respiration, de relaxation, des guides de bien-être sont disponibles et utiles.

Cela parait simple, voire simpliste. Passer 3×5 minutes par jour peut avoir un impact sur notre qualité de vie. Cela s’apprend !


Sinon, la consultation du médecin est ensuite la seconde étape, lorsque la sensation de déprime se fait ressentir ou encore qu’un état anxieux commence à envahir la vie quotidienne.

Selon INRS, en Europe, le coût du stress d’origine professionnelle était estimé, en 2002, à environ 20 milliards d’euros par an. Le stress serait également à l’origine de 50 à 60 % de l’ensemble des journées de travail perdues (voir ici).


Finalement, la pression, il vaut mieux la boire que la subir ! (Proverbe de gaulois(es) réfractaires)


Bonne semaine !



 filipe seul plage fmPatrick Filipe

Page FB patrick.filipe.33770

Psycho-Praticien. Thérapie cognitive et comportementale, analyse transactionnelle, hypnose

Consultations aux Cabinets à Andernos et La Teste de Buch, ou à domicile.

Sur RDV au 0662895392 ou par courriel à f.patrick29@gmail.com


Pour recevoir par e-mail tous les articles d'InfoBassin...

C’est gratuit


Comments

comments

Laisser un commentaire