Bien-etre : La puissance de l’effet placebo…

Les idées psy : L’ effet placebo et l’effet nocebo !

Par Patrick Filipe, Infirmier D.E, Psycho-Praticien.


21/12/19


InfoBassin vous propose une rubrique hebdo autour de la psychologie, avec chaque semaine, des conseils, des analyses, des sujets qui vous peuvent vous concerner.


logo plage fm sans phrasefilipe lenoir plage fm 2Retrouvez Patrick Filipe au micro de Michel Lenoir

sur PLAGE FM  89.1

Les dimanches à 7h35 et à 20h

Et le vendredi à 13h30


RadioEcoutez ici la rubrique en podcast audio enregistrée sur Plage FM, 89.1 avec Patrick Filipe au micro de Michel Lenoir en 3mn (rubrique Les Idées Psy ) !



« On doit sa guérison le plus souvent à la force du tempérament qu’à l’effet des remèdes » Gabriel Girard


Le saviez-vous ? 30% des patients seraient sensibles à l’effet placebo des médicaments selon certaines études.

Une des explications possible est que l’effet placebo découle de la confiance de l’utilisateur dans le médicament qu’il absorbe, la thérapie qu’il aborde.

Cette confiance déclenche, dans le corps, la sécrétion de substances : les hormones qui interviennent sur la physiologie et l’homéostasie (équilibre des caractéristiques physiologiques).

Cet effet est la conséquence biochimique d’une pensée symbolique.


La confiance, base de l’effet placebo…

placebo idp filipeSubjectif, l’effet placebo existe. Il n’est pas seulement le fait des médicaments.

L’effet de la confiance accordée par le patient au soignant qui délivre un traitement est impactant.


La thèse d’Aurélie Trouilloud – pharmacienne – évoque notamment les résultats d’une étude évaluant l’efficacité de l’effet placebo dans le traitement de l’ulcère gastrique.

Deux groupes de patients ont reçu le même placebo présenté comme un nouveau médicament prometteur. La délivrance du traitement du premier groupe par un médecin et au second groupe par une infirmière.

70 % de résultats favorables dans le groupe médecin et seulement 25 % dans le groupe infirmière.


Exemples

Vous avez mal à la tête et alors que vous avalez un comprimé de Paracétamol, vous vous sentez déjà mieux au bout de quelques minutes. C’est étrange, le comprimé est encore dans votre estomac.

L’effet placebo est opérant également avec des médicaments actifs. Il potentialise alors les effets.


De plus, des expérimentations ont montré qu’un placebo administré avec conviction soulageait nettement des patients souffrant de douleurs intenses.

Une anecdote : Une connaissance familiale ne calme ses douleurs que par duParacétamol effervescent… il n’en démord pas !


Le baiser d’une maman – ou d’un papa – sur le point douloureux d’un enfant qui cesse instantanément de pleurer.

Un patient qui va chez le médecin avec des symptômes inquiétants et en ressort amélioré alors que le médecin lui a simplement expliqué que ses symptômes sont bénins. Est-ce de la magie ou le pouvoir de la suggestion ?


Le premier médicament du médecin, c’est le médecin lui-même

Michael Balint, psychiatre anglais qui a beaucoup écrit sur la relation médecin-patient, expliquait d’ailleurs que le premier médicament du médecin, c’est le médecin lui-même. Il rejoignait Karl Rogers pour préciser que dans toute relation thérapeutique, le respect mutuel que s’accordent soignant et patient se concrétise par un effet placebo.

Il va même jusqu’à préciser : «  l’exigence pour le praticien d’apprendre à se libérer de sa crédulité devant les résultats de laboratoire ou de l’investigation d’un spécialiste, pour garder une vision d’ensemble du cas dont il s’occupe et pour demeurer responsable de son patient ».


placebo idp filipe2Or, c’est difficile pour nous et nos médecins qui s’épuisent pour la plupart à courir derrière le temps. S’autoriser à être entièrement avec le patient relève du miracle.

Actuellement, la durée moyenne de la consultation chez le médecin est de 16 minutes (sources  Direction de la Recherche des Etudes, de l’Evaluation et des Statistiques – DREES).


Effet courte durée

Cependant, l’effet placebo est de courte durée : deux ou trois jours. Ensuite, les symptômes réapparaissent. Cela suffit pour des maladies bénignes qui guérissent spontanément ( rhinopharyngite, douleurs musculaires, lourdeurs dans les jambes, crise de foie, « gueule de bois », …).


Pour ce qui est de l’homéopathie, il n’a pas été démontré l’efficacité du produit. Mais l’effet placebo qu’elle engendre pour le peu qu’elle coûte, vaut-elle que la haute autorité du médicament, la dé-rembourse ? En plus, qu’en est-il des effets secondaires de l’homéopathie… Vaste question !


L’effet nocebo

L’effet placebo peut être inversé : si le médecin suggère à son patient qu’un médicament peut le rendre malade, celui-ci peut éprouver des effets désagréables – c’est ce qu’on appelle un effet nocebo. Il est l’alter-égo néfaste de l’effet placébo.

Du latin « je nuirai », il est aussi de nature psychologique.


Il a été démontré que certains patients consommant des produits inertes qu’ils pensaient être des médicaments actifs ressentaient des effets secondaires indésirables. L’effet nocebo est donc le fruit de la conviction qu’une substance ou qu’une pratique médicale peut être nuisible. Même mécanisme psychologique pour un effet contraire…


Bonnes fêtes !



Patrick Filipe

filipe seul plage fmPage FB patrick.filipe.33770

Psycho-Praticien. Thérapie cognitive et comportementale, analyse transactionnelle, hypnose

Consultations aux Cabinets à Andernos et La Teste de Buch, ou à domicile.

Sur RDV au 0662895392 ou par courriel à f.patrick29@gmail.com

Illustrations: Copies écran internet


Pour recevoir par e-mail tous les articles d'InfoBassin...

C’est gratuit


Comments

comments

Laisser un commentaire