La DGA tire le M51 : Quand la France montre ses muscles…

1/10/15

Feu ! Et le missile s’envola. Un rail de poudre dans le ciel bleu pour les ingénieurs du CEA …


missile M51

Copie écran vidéo My TF1 News

Hier, mercredi 30 septembre 2015, à 10h28, un gros « baoum » dans le ciel. Depuis plus d’une semaine, on l’attendait autour de Biscarrose.

La direction générale de l’armement (DGA) a effectué, depuis le centre DGA Essais de missiles, un essai en vol du missile balistique stratégique M51. Ce tir entre dans le cadre du développement de la nouvelle version du missile M51 inscrit dans les objectifs de la Loi de Programmation Militaire 2014-2019.

Le missile M51 équipe aujourd’hui deux des quatre sous-marins nucléaires lanceurs d’engins de nouvelle génération (SNLE-NG). Le passage de l’ensemble de la force océanique stratégique à cet armement est prévu d’ici la fin de la décennie.

La zone avait été sécurisé depuis plusieurs jours. Un avion de tourisme survolant la zone (interdite) avait même été raccompagné en dehors des espaces défendus par un Rafale mercredi dernier, avec explication à l’arrivée à Arcachon…


La DGA tient à rassurer les populations en précisant que « Cet essai s’est déroulé comme prévu et a été effectué sans charge nucléaire ». Encore heureux … Peut on imaginer le scenario d’un essai en atmosphère avec une bombinette façon Hiroshima ?

Le missile a été suivi tout au long de sa phase de vol par les moyens du centre d’essais de la DGA La zone de retombées se situe en Atlantique Nord à plusieurs centaines de kilomètres de toute côte, mais on n’en saura pas plus sur la localisation …

Le dernier essai de tir s’était déroulé en 2013 au large du Finistère, et s’était soldé par un échec, le missile s’étant auto-détruit peu après son décollage. Mais là, non.

La portée est estimée entre 6 000 km et 14 000 km selon la charge TN75. La fusée peut dépasser 1 000 km d’altitude pour pénétrer les défenses adverses. Et nos sous-marins peuvent embarquer seize missiles stratégiques.

Après l’hyper Laser Petal, et le lancement de ce bijou à tête (potentiellement) nucléaire, la France fait entendre sa petite musique de dissuasion dans le concert des nations. Et l’Aquitaine est aux premières loges. Mais est-ce que ça impressionne Daesh ?


IB


Pour recevoir par e-mail tous les articles d'InfoBassin...

C’est gratuit.


Comments

comments

Laisser un commentaire