Auto : Essai du Hyundai Kona Hybrid

Sur la route ! La Hyundai Kona Hybrid… Pour toutes les idéologies !



logo plage fm sans phraseverges lenoir plage fmRetrouvez Patrice Vergès et Michel Lenoir, sur PLAGE FM, 89.1, sur le Bassin d’Arcachon

Tous les Dimanches à 10h30 et 18h00

Et les Jeudis à 13h30



Ecoutez ici l’essai de la Hyundai Kona Hybrid en podcast audio par Patrice Verges au micro de Michel Lenoir.


Les autres rubriques auto sont à réécouter  en Podcast audio sur plage FM, programme « Sur la Route… » ici.


hyundai Kona Hybrid 1Il y a deux ans apparaissait le SUV Hyundai Kona dont le nom a un parfum de la région d’Hawaï uniquement en motorisation essence. Depuis sont apparues une version diesel, électrique puis enfin…. hybride

hyundai Kona Hybrid 2La marque coréenne espère que le Kona Hybrid représentera bientôt plus d’un quart des ventes de ce dernier.


La différence avec les moteurs thermiques ?

Il animé par un quatre cylindres de 1,6 l à qui délivre 105 ch accouplé à un moteur électrique de 32 kWh ou si vous préférez 43,5 ch, mon tout donnant 141 ch avec un couple maous costaud de 265 Nm.

Les batteries situées à l’arrière avouant une capacité de 1,56 kWh sont des lithium-ion plus mais n’obèrent pas la capacité du coffre il est vrai pas immense avec 360 litres.


Environ 50 % en électrique

hyundai kona hybrid 3Évidemment, il se conduit comme le 100 % thermique avec davantage de couple et globalement plus d’agrément mais sans être un foudre de guerre.

Immédiatement une question titille l’esprit : combien puis-je parcourir de kilomètres en mode électrique ce que la durée de l’essai n’a pas permis de mesurer ?


La réponse est moins nette que la question car cela dépend de beaucoup de choses ; le profil de la route et celui du conducteur, son usage, le trafic et pourquoi pas la vitesse du vent. On peut dire que sur un parcours moyen semi-urbain, le Kona Hybrid fonctionne la moitié du temps en mode électrique pour grimper à plus de 60 % si on conduit calme. Mais son roulage en mode 100 % électrique où il peut atteindre 120 km/h ne dépasse pas quelques kilomètres. Un peu décevant et pas mieux que les Toyota !


Autour de 5 litres aux 100

hundai Kona Hybrid 4Pour s’en tenir aux 4,3 l (en 18 pouces) annoncé par le constructeur, il faut être tendre avec la pédale d’accélérateur et en règle générale, la consommation tourne autour de 5 litres aux 100. En fait, l’usage de l’Hybrid doit correspondre à un besoin et non un achat militant. Si on parcourt 200 km d’autoroute par jour où il sera toujours en mode essence, il n’offre aucun intérêt.


En revanche, sur des parcours surburbains émaillés d’encombrements, il reprend sa suprématie. Grace à sa boîte de vitesses à 6 rapports à double embrayage, ses reprises sont relativement vives et surtout silencieuses..

Pour le reste, ce petit SUV (4,16 m) a conservé toutes ses qualités de réussite esthétique, d’intelligence à bord, d’agrément de conduite et aussi son principal défaut avec un amortissement trop sec qui n’en fait pas un parangon de confort.


De 2 700 à 3 700 euros de plus

hyundai kona hybrid 5Par rapport à l’essence GDi 177 ch en boîte auto à 7 rapports, il est plus cher d’environ 3 700 euros avec une gamme qui débute à 21 150 euros pour s’achever à 32 550 euros dans sa version Exécutive.

Sans malus évidemment puisqu’il n’émet que 99 g/km alors que l’essence avec 139 g/km sera frappé par un malus écologique de 1761 euros en 2020 !

Mais si on le compare au diesel Exécutive exempté de peu de malus avec ses 109 g/km, il n’est plus coûteux que de seulement 2700 euros.

Une prochaine fois, on parlera d’une Hyundai 100 % électrique avec la Ionik


A noter :

-La silhouette réussie du Kona n’est pas étrangère au succès qu’il rencontre chez nous

-Ses 4,17 m en font l’un des SUV les plus compact du marché. Ce bleu est réservé à la version Hybrid

-Planche de bord flatteuse de loin mais les plastiques sont de qualité moyenne

-Il est possible de descendre à moins de 5 litres aux 100 avec une conduite apaisée

-Le Kona est équipé d’une véritable boîte à vitesses DCT à double embrayage très agréable



patrice verges retaillé

Patrice Vergès,  Journaliste (page FB ici), auteur de romans ( Monte-Cristo, Sexa , Sale temps sur le bassin , et d’autres) et de livres de prestige sur les voitures anciennes ou sportives à retrouver ici.







Pour recevoir par e-mail tous les articles d'InfoBassin...

C’est gratuit



Comments

comments

Laisser un commentaire